INFOS NEIGE

Enneigement, météo, évènements... toutes les informations de vos stations à portée de clics

Alpes Du Sud | Auvergne | Haute-Savoie | Isère | Jura | Pyrénées | Savoie | Vosges




ACHAT NUMERIQUE

Les albums de la Tribune Républicaine

Voir tous nos portfolios

Bellegarde et sa région

jeudi 04.04.2013, 14:00

Chanay : le centre MGEN fragilisé par la délocalisation d'une partie de son activité

Le centre MGEN, à l'entrée du village de Chanay, un ensemble remarquable de 17 hectares. Le centre MGEN, à l'entrée du village de Chanay, un ensemble remarquable de 17 hectares.

L'établissement de santé MGEN de Chanay serait-il en danger ? Le transfert en Haute-Savoie d'une partie de l'activité bouleverse la sérénité de la plus au sud des communes du Pays Bellegardien.


On l'apprenait début mars et Yvon Bachelet, délégué communautaire de Chanay, a fait part de son inquiétude en séance intercommunale jeudi 21 mars dernier : 45 à 47 des 115 lits de la MGEN vont être transférés à Evian, menaçant la pérennité de l'établissement de santé chanéru et conséquemment les 150 emplois qu'il occupe.
L'assemblée départementale, alarmée par le conseiller général Christophe Bérardi, s'est émue de cette situation lors de sa dernière session.
En début de semaine dernière, le conseil général à l'unanimité a voté un voeu déposé par le groupe majoritaire socialiste pour une consultation d'urgence avec l'agence régionale de santé afin de faire le point sur la question.

Le conseiller général de Seyssel monte au créneau
Christophe Bérardi, conseiller général de Seyssel, a rappelé l'historique de cette affaire.
Selon un projet de l'ARS (Agence régionale de santé), à partir de septembre 2014, le complexe médical de Chanay perdrait 45 de ses 115 lits dédiés aux adolescents victimes de troubles alimentaires.
Un transfert au profit du centre Camille Blanc à Évian. Le site de Chanay correspond pourtant à un réel besoin et une forte demande de soins sur le secteur puisqu'entre 60 et 100 demandes sont en attente.
Christophe Bérardi a rappelé que ce centre MGEN proposait une approche coordonnée entre les soins, le suivi psychologique des patients ainsi qu'un parcours scolaire spécialisé et adapté à la pathologie de ces adolescents entre 10 et 18 ans.

Des conditions d'accueil moins favorables
Cette complémentarité n'existe pas à Évian où le centre n'est pas doté d'établissement scolaire.
Les opposants au transfert estiment que des adolescents en traitement, fragiles psychologiquement, se verraient ainsi intégrer en cours d'année des classes déjà constituées autour d'un programme d'enseignement entamé et ce pour une courte durée (en moyenne 90 jours).
Par ailleurs, les conséquences de ce transfert pour le complexe médical de Chanay risquent fort d'être irréversibles. À 70 lits, en effet, et au vu des coûts de structure, les risques de ne pas atteindre le seuil de rentabilité sont importants.

150 emplois concernés
Le projet de transfert risque de remettre en question la viabilité même de l'établissement ainsi que l'emploi de ses 150 personnels qualifiés de santé.
Selon Christophe Bérardi, ce serait un drame social pour tout un territoire où l'emploi féminin s'est beaucoup structuré autour des besoins en main d'oeuvre qualifiée du centre hospitalier.
Cette inquiétude est formulée dans le voeu des élus du Département qui estiment que ledit transfert entraînerait une baisse significative de l'efficacité de la prise en charge et constituerait en ce sens une atteinte à l'intérêt des patients et adolescents concernés.
Le conseil général demande l'arrêt de la procédure et l'ouverture d'une concertation avec l'ARS. Plusieurs pistes de réflexion autour de la prise en charge psychologique de patients sur les secteurs de Bellegarde et du Pays de Gex pourraient être mises sur la table.

A.L et G.M

Journal La Tribune Républicaine
Réagissez sur Facebook
latribunerepublicaine.fr
Le site de la Tribune Républicaine
>