Partenariat inédit entre les Black Panthers et la Mission locale du Chablais

Astrid Baud-Roche, présidente de la Mission locale, et Benoît Sirouet, président des Black Panthers.
Astrid Baud-Roche, présidente de la Mission locale, et Benoît Sirouet, président des Black Panthers.

C’est avec beaucoup de complicité que jeudi 23 octobre, la Mission locale jeunes du Chablais et les Black Panthers se sont dit «Oui«. Ou plutôt, ils ont dit oui à l’union d’efforts mis en place pour faciliter le quotidien de certains joueurs de football américain. Même si cette collaboration ne date pas d’hier, il aura fallu plusieurs mois pour l’officialiser avec une convention de coopération.

« Lever tous les freins empêchant l’insertion sociale »

Le but premier de la Mission locale, comme le rappelle la présidente de l’association, Astrid Baud-Roche, est « de poser un diagnostic afin de lever tous les freins empêchant l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans ». Un accompagnement individualisé qui cible différents axes : l’emploi, l’accès au logement, la mobilité et la santé.

Voilà donc un partenaire idéal pour le club des Black Panthers, car les services offerts par la Mission locale sont pertinents « non seulement pour les jeunes adultes de notre secteur, mais encore plus pour les joueurs arrivants », résume Benoît Sirouet, président des Black Panthers.

Concilier week-ends de championnat et travail

A l’heure actuelle, même si le club attire nombre de nouvelles recrues, il leur est difficile de les garder. Benoît Sirouet souligne que, pour l’instant, être au Black Panthers ne rapporte pas d’argent à un joueur. Les arrivants sont souvent confrontés à des problématiques liées au logement mais aussi à l’emploi. Leur position est délicate puisqu’« ils doivent concilier week-ends de championnat et travail ou formation, selon les cas », explique-t-il. Les conseillers de la Mission locale seront donc attentifs à proposer des emplois adaptés aux contraintes sportives du club.

« Un joueur intégré est un joueur performant »

En misant sur un dispositif d’accueil complet, association et club sportif font le pari d’une meilleure intégration des joueurs et la qualité de l’accueil des nouvelles recrues est déterminante car « un joueur intégré, qui se sent bien, est un joueur performant », glisse la présidente de la Mission locale.

Cette collaboration originale pourrait être la première d’une longue série. « Rien n’empêcherait les employeurs actuels de devenir de futurs partenaires du club. Ce projet associatif va dans l’intérêt du territoire : tout le monde serait gagnant », conclut Astrid Baud-Roche.

Vanessa de Carvalho