Le Grand Annecy pourrait planter 250.000 arbres… en Colombie !

Le Grand Annecy s’associerait à ONF International en Colombie. (Photo d’illustration Flickr - Pedro Szekely).
Le Grand Annecy s’associerait à ONF International en Colombie. (Photo d’illustration Flickr - Pedro Szekely).

Un arbre par habitant. Soit 250.000 plantations à réaliser d’ici 2050. Voilà l’un des objectifs qu’avaient annoncés les élus annéciens lors de la restitution des travaux d’« Imagine le Grand Annecy », vaste projet de territoire présenté en décembre 2018. Environnement, transports, attractivité, économie, il s’agissait là d’un des 90 engagements pris par la collectivité dans l’optique de dessiner un Annecy plus vertueux demain.

« Pas si simple que ça »

Bientôt un an après l’annonce, cet engagement figure toujours sur le site du Grand Annecy, intitulé comme suit : « Objectif nº28. Un habitant, un arbre : planter 250 000 arbres d’ici 2050 (espèces adaptées au changement climatique, arbres fruitiers en ville, vergers, remplacement des arbres malades…). »

Une fois passé le temps de l’annonce, les élus et les services se sont donc plongés dans le cœur du problème : comment réaliser un tel pari, quelles zones privilégier, comment faire pour ne pas se contenter de petites touches dispersées sur le territoire, et lancer un programme de plantation d’ampleur ? De premiers projets vont voir le jour à Poisy, Quintal ou Menthon, mais Thierry Billet, en charge du développement durable à l’Agglo, le reconnaît volontiers : « Ce n’est pas si simple que ça  ». Planter en ville demande de lourdes autorisations administratives, planter en milieu rural doit se faire en bonne intelligence avec le monde agricole, etc. Il faudra donc être patient.

Une nouvelle idée

C’est alors qu’une nouvelle idée, sans être incompatible avec les initiatives locales, a germé dans l’esprit du vice-président du Grand Annecy : pourquoi ne pas planter tous ces arbres d’un coup, sans attendre, en… Colombie ? « Ça permettrait de le faire beaucoup plus vite. De toute façon, qu’on les plante ici ou là-bas, l’impact sera le même », plaide Thierry Billet, qui a approché la branche internationale de l’ONF (office national des forêts), spécialisée dans ces programmes de reforestation à grande échelle.

Les élus du Grand Annecy pourraient être amenés à débattre de la question en conseil communautaire, d’ici la fin de l’année. Le coût total d’un tel projet est estimé à quelque « 100.000 euros ».