(VIDEOS) Attentat à Bayonne : le récit de l’attaque de la mosquée

Lundi 28 octobre, vers 15 h 15, deux hommes ont été grièvement blessés devant la mosquée de Bayonne par des coups de feu tirés par un homme qui tentait d’incendier la porte de l’édifice religieux. Celui-ci a été interpellé.
Lundi 28 octobre, vers 15 h 15, deux hommes ont été grièvement blessés devant la mosquée de Bayonne par des coups de feu tirés par un homme qui tentait d’incendier la porte de l’édifice religieux. Celui-ci a été interpellé. - Capture d’écran BFM

Il était 15 h 15, lundi 28 octobre, quand des coups de feu sont tirés autour de la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Alors qu’un homme tentait d’incendier la porte de l’édifice, deux hommes le surprennent. Le premier leur a alors tiré dessus, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué. Un des hommes a été touché au cou et l’autre au thorax et au bras.

Un important dispositif de secours et de sécurité a tout de suite été mis en place et le maire de Bayonne, Jean René Etchegaray, s’est rendu sur place, rapportent nos confrères de Sud Ouest.

Surpris dans sa tentative, l’homme a incendié un véhicule automobile en repartant. D’après le procureur, il était en possession d’un bidon d’essence.

Lundi 28 octobre, vers 15 h 15, deux hommes ont été grièvement blessés devant la mosquée de Bayonne par des coups de feu tirés par un homme qui tentait d’incendier la porte de l’édifice religieux. Celui-ci a été interpellé.
Lundi 28 octobre, vers 15 h 15, deux hommes ont été grièvement blessés devant la mosquée de Bayonne par des coups de feu tirés par un homme qui tentait d’incendier la porte de l’édifice religieux. Celui-ci a été interpellé. - Capture d’écran BFM

Selon les informations de Sud Ouest, les deux victimes étaient occupées à préparer l’office du jour. L’état des deux hommes, âgés de 74 et 78 ans, est jugé préoccupant mais stable. Ils sont soignés à l’hôpital de Bayonne. Lundi soir, le pronostic était réservé pour l’un des deux, selon la préfecture, rapporte 20 minutes.

Un homme de 84 ans, ancien candidat aux élections départementales

Le tireur, identifié comme étant Claude Sinké, 84 ans, est un ancien candidat du Front national aux élections départementales. Dans un communiqué, le Rassemblement national explique qu’il avait été écarté de sa fédération départementale « pour avoir tenu des propos jugés contraires à l’esprit et à la ligne politique du Rassemblement National. Il n’a, depuis, plus participé à la moindre action du mouvement et n’est plus adhérent. »

Arrêté à son domicile dans les Landes, à 16 km de Bayonne, il aurait reconnu en garde à vue être l’auteur des tirs. Il avait une arme de poing avec lui lors de son interpellation. Dans sa commune, Claude Sinké était « connu sur la commune et fui pour ses excès verbaux. Il donnait l’apparence de quelqu’un de psychologiquement perturbé (…) Il n’aimait pas les gens de gauche, du centre et peu ceux de droite », a déclaré un adjoint au maire de la commune à l’AFP.

Selon Sud Ouest, il avait adressé la semaine dernière une lettre « rageuse » au bâtonnier de Bayonne et au procureur de Dax pour « porter plainte contre Emmanuel Macron », avec copie au quotidien qui ne l’a pas publiée en raison de son caractère « discriminatoire et xénophobe ».

Où en est l’enquête ?

Pour le moment, le parquet national antiterroriste ne s’est pas saisi de l’affaire. La police judiciaire est en charge de l’enquête.

Le maire de Bayonne a exprimé sur Twitter sa solidarité avec la communauté musulmane de sa ville, « victime d’un attentat aussi lâche qu’odieux. »

Lundi 28 octobre, le président Macron a condamné dans un tweet « l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J’adresse mes pensées aux victimes. La République ne tolérera jamais la haine. »