Chamonix veut l’épreuve de VTT des JO 2024, ça grince des dents à Paris

La Reignerande Mélanie Chappaz, championne du monde junior de VTT en 2017, rêverait de disputer les Jeux Olympiques. Alors à Chamonix, ce serait d’autant plus beau
! (DR)
La Reignerande Mélanie Chappaz, championne du monde junior de VTT en 2017, rêverait de disputer les Jeux Olympiques. Alors à Chamonix, ce serait d’autant plus beau ! (DR)

Les JO de 2024 en partie à Chamonix ? C’est le souhait de la ville qui a organisé les premiers JO d’hiver en 1924 et qui célébrerait là en grande pompe ce centenaire en accueillant les épreuves de VTT. Celles-ci ont été attribuées à la ville d’Élancourt, dans les Yvelines, un dossier en phase d’instruction (comme pour tous les sites), notamment sur le plan environnemental.

« Chamonix fournirait de plus belles images à la télévision »

À ce sujet, L’Equipe souligne « que l’on prête certaines arrière-pensées au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques, comme quoi Chamonix fournirait de plus belles images à la télévision ». L’ambition chamoniarde fait grincer des dents autour de Paris, où des élus locaux des Yvelines et d’Île de France défendent la candidature d’Élancourt. « La région est très attachée au maintien d’Élancourt pour trois raisons, explique Vincent Roger, conseilleur régional en charge du dossier des Jeux 2024, à L’Équipe. D’abord, le respect du dossier de candidature et la logique de compacité des sites qui a fait le succès de Paris 2024. Ensuite, la volonté des athlètes qui, massivement, veulent être au village olympique. Enfin, la cohérence vélo sur le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines avec le vélodrome national (où doivent avoir lieu les épreuves sur piste) et la volonté d’avoir un aménagement local lié au vélo en héritage. »