Pédophilie : une journée pour libérer la parole dans le diocèse d’Annecy

Pour Michel Henry et Robert de Malartic, la journée du 13 novembre sera une occasion pour les éventuelles victimes de se rapprocher de la cellule d’accompagnement.
Pour Michel Henry et Robert de Malartic, la journée du 13 novembre sera une occasion pour les éventuelles victimes de se rapprocher de la cellule d’accompagnement.

L a parole est libératrice ». Michel Henry est bien placé pour le savoir. Ce diacre est à la tête de la cellule d’accueil et d’accompagnement des victimes d’abus sexuels (Caavas) du diocèse d’Annecy. Cette dernière organise une soirée d’information mercredi 13 novembre 2019 (lire ci-contre). Une manifestation qui s’inscrit pleinement dans sa mission. Explications.

Pourquoi ça existe ?

Il existe une Caavas dans chaque diocèse. Cela remonte à 2016. En avril de cette année-là, le conseil permanent de la Conférence des évêques de France a mis sur place une cellule permanence de lutte contre la pédophilie. Sa déclinaison locale verra le jour en décembre, à la demande de l’évêque d’Annecy, Monseigneur Yves Boivineau.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite