Pollution à Passy : de nouvelles analyses inquiétantes

Jeudi 31 octobre, le Collectif Air Pur a communiqué les résultats de ses dernières analyses effectuées sur la commune de Passy.
Jeudi 31 octobre, le Collectif Air Pur a communiqué les résultats de ses dernières analyses effectuées sur la commune de Passy.

«   Nous commençons à avoir assez d’éléments pour constituer un dossier en vue d’un procès devant la Cour européenne des droits de l’Homme » lance l’une des membres du collectif, jeudi 31 octobre, à Passy. Et pour cause depuis ses débuts, le collectif a réalisé différentes analyses concernant notamment les métaux lourds dans les poussières et les champignons, les phtalates et autres composés chimiques dans l’air, les composés organiques volatiles dans l’air et les dioxines et furanes dans les oeufs. À chaque analyse, les résultats montraient des dépassements des valeurs seuils, notamment dans les zones les plus proches des deux Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) de Chedde, à savoir l’incinérateur et SGL Carbon.

Dépassement des valeurs seuils pour le Benzo(a)pyrène

Pour cette nouvelle série d’analyses, le collectif s’est intéressé au benzo(a)pyrène dans la terre sur cinq parcelles situées entre 500 mètres et 5 km de l’incinérateur de déchets et entre 400 mètres et 5 km de l’usine SGL Carbon. Le benzo(a)pyrène est un composé appartenant à la famille des Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). C’est un cancérigène reconnu toxique pour les organismes vivants et pouvant induire notamment des anomalies génétiques, et des risques d’infertilité. Sur les échantillons de terre prélevés à différents endroits de Passy, les valeurs les plus importantes se retrouvent dans les zones les plus proches des deux sites ICPE.

La «Cheddite» encore présente dans les eaux du territoire

Le Collectif Air Pur a également fait analyser des échantillons d’eau provenant du lac de Passy et des toilettes publiques à proximité du lac. Les résultats montrent une présence importante de perchlorates dans les eaux du lac soit 3,7 microgrammes par litre, pour une valeur seuil de 4 microgrammes par litre et une valeur de 1 microgramme par litre concernant l’eau potable. Les perchlorates sont utilisés pour la fabrication de puissants explosifs. L’usine Pechiney (ancêtre de SGL Carbon) en utilisait de grandes quantités pour la fabrication de «la Cheddite» notamment durant la première guerre mondiale. La chaîne de télévision suisse RTS alertait en décembre 2017 sur les quantités importantes de perchlorates décelées dans la nappe phréatique du Genevois.

Les résultats des analyses des eaux du lac de Passy, présentés jeudi 31 octobre, montrent une présence importante de perchlorates.
Les résultats des analyses des eaux du lac de Passy, présentés jeudi 31 octobre, montrent une présence importante de perchlorates.

Perturbateurs endocriniens

La présence de perchlorate provient « très probablement d’une pollution ancienne du site de Chedde », expliquait alors la Préfecture de Haute-Savoie. Les perchlorates sont reconnus comme étant des perturbateurs endocriniens pouvant causer des anomalies physiologiques et reproductives.

Demande d’accès aux registres des cancers

Face aux résultats de leur série d’analyses, le Collectif Air Pur demande à la préfecture de Haute-Savoie « la publication en urgence du registre des cancers, des malformations congénitales et des pathologies cardio-vasculaires des Hôpitaux du Pays du Mont-Blanc. Une enquête sanitaire doit compléter ce registre afin d’évaluer les risques encourus par les habitants exposés et leur fournir une information transparente ».