Genève : Uber interdit de circulation sur le canton

Le conseiller d’État Mauro Poggia a annoncé vendredi 1er novembre l’interdiction à la société américaine de poursuivre ses activités sur le canton dans les conditions actuelles.
Le conseiller d’État Mauro Poggia a annoncé vendredi 1er novembre l’interdiction à la société américaine de poursuivre ses activités sur le canton dans les conditions actuelles. - Photo d’illustration

Uber ne pourra pas poursuivre ses activités à Genève dans les conditions actuelles, a annoncé le conseiller d’État Mauro Poggia. En effet, l’administration cantonale, après une analyse juridique, considère la société américaine comme une entreprise de transport dont les chauffeurs doivent être traités comme des employés et non des partenaires, rapporte 20Minutes. Ainsi, pour le canton de Genève, Uber doit respecter la loi cantonale sur les taxis et les voitures de transport avec chauffeur ainsi que le Code des obligations tandis que Uber, de son côté, estime qu’il est un simple diffuseur de courses qui passe un contrat de partenariat avec les chauffeurs qui désirent utiliser sa plate-forme.

« Il ne s’agit pas de faire un coup médiatique », a assuré Mauro Poggia. Pour lui, les chauffeurs n’ont pas une position indépendante face à Uber et, dans les faits, il existe un rapport de subordination entre eux et la société américaine. Cette interdiction n’a donc pas été prononcée par le département de l’emploi à la légère.

30 jours pour un recours

L’entreprise américaine dispose de 30 jours pour déposer un recours contre cette décision du département de l’emploi. La porte-parole de Uber en Suisse, Luisa Elster, a indiqué que l’entreprise allait déposer ce recours, qui aura un effet suspensif. Uber pourra donc continuer ses activités jusqu’à la décision de la justice. En attendant le jugement, la société américaine, « surprise » par la décision du département de l’emploi, se dit ouverte au dialogue avec l’État de Genève pour tenter de trouver une solution.