Christophe Arminjon : « J’attends des interventions sur le fond et non sur la forme »

Le maire de Thonon dénonce des «
manoeuvres politiciennes
» de la part de l’opposition municipale.
Le maire de Thonon dénonce des « manoeuvres politiciennes » de la part de l’opposition municipale.

Christophe Arminjon, comment jugez-vous ce premier mois de travail avec votre opposition ?

Nous n’en sommes qu’au début, mais pour le moment je suis un peu mitigé. J’attends impatiemment des interventions sur le fond, et non sur la forme, même si pour le moment nous n’avons pas eu beaucoup de dossiers à traiter. Je vais être assez vigilant, car j’ai vu beaucoup de mauvais choix, de manœuvres politiciennes, qui font partie du jeu, dans une certaine mesure.

Que voulez-vous dire ?

Le meilleur exemple pour le moment c’est le dossier Birmann. Mes deux opposants se sont offusqués de la situation en public, mais aucun de leur représentant n’a contesté quoique ce soit en commission d’appel d’offres. Monsieur Dalibard s’est permis de filmer son intervention au conseil municipal, mais sans la réponse, c’est typiquement le genre de choses qui m’exaspère. Nous sommes là pour éclairer les citoyens. Je veux bien entendre qu’ils soient encore novices dans ce domaine, mais je vais les obliger à devenir bons et à maîtriser leur sujet. J’attends que mon opposition sache de quoi elle parle et qu’elle me fasse des propositions qui sont crédibles. J’ai pris des engagements pour bien traiter mon opposition, donc il faut qu’elle soit performante.

Quels engagements ?

Chaque conseiller municipal touchera une indemnité de 100 euros par mois. Ensuite, nous sommes en train de chercher un local, partagé entre les trois groupes du conseil, pour leur permettre de se réunir et de faire des permanences d’élus. Tous les mois, je les rencontre dans mon bureau, afin de leur expliquer mes décisions.