Pays de Gex : la concurrence suisse sur le prix du tabac est de plus en plus présente

Même si le paquet de cigarette a augmenté chez nos voisins suisses, il reste moins cher qu’en France.
Même si le paquet de cigarette a augmenté chez nos voisins suisses, il reste moins cher qu’en France. - © Christophe Lefebvre

Depuis le 1er novembre, les fumeurs doivent davantage mettre la main à la poche pour pouvoir s’acheter un paquet de cigarettes. En effet, le prix de 20 unités avoisine aujourd’hui les 9 euros, voir au-delà.

Quelques kilomètres de plus pour quelques euros de moins

Laurence, fumeuse depuis plusieurs années, n’a pas hésité à faire plus de kilomètres. « Je vais régulièrement en Suisse acheter mes paquets. Je n’y vais pas seulement depuis la dernière augmentation. Ça fait déjà un petit moment. On se dit toujours en Suisse c’est plus cher mais pas pour les cigarettes. Même si elles ont augmenté depuis un petit moment avec le taux de change, c’est encore avantageux. »

Rémi, frontalier, y trouve lui aussi son compte. « Quand je vais au travail ou quand je rentre je m’arrête dans une station essence pour m’acheter mes cigarettes. Au final, je ne fais pas grand-chose de plus et je gagne quelques euros. Même si c’est vrai que j’en gagnerais encore plus si j’arrêtais totalement… »

En plus d’économiser un petit peu d’argent, Maud voit un autre avantage. « En Suisse on trouve encore des cigarettes aromatisées que l’on ne trouve plus en France. »

Les buralistes inquiets de la Suisse mais pas seulement…

A proximité de la frontière, certains buralistes s’inquiètent. « Forcement que les gens vont en Suisse ! Mais qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse ? Il faudrait que les cigarettes helvètes augmentent au même niveau que les autres pour ne pas avoir de concurrence. Et encore que l’on se rassure ! Nous ne sommes pas à côté de l’Espagne. »

Mais ce n’est pas seulement la Suisse qui fait peur à ces commerçants. « C’est toutes ces augmentations… Ils vont arriver à 10 euros. Les gens vont trouver d’autres solutions pour s’en procurer. C’est la porte ouverte au trafic !  »