Bellegarde : opposés à l’OPA de Véolia, les employés Suez du Sidefage débrayent

Le piquet de grève au Sidefage, ce mardi matin 8 septembre à 9h30.
Le piquet de grève au Sidefage, ce mardi matin 8 septembre à 9h30.

Ils étaient une quinzaine sur 40, ce matin, réunis devant le portail du Sidefage à l’appel de la CFDT. Une mobilisation pour deux heures, « afin de faire connaître la situation et nos craintes  », signale Frédéric Baudy, délégué CFDT.

OPA de Véolia sur Suez

Une mobilisation motivée par les déclarations dernières d’Antoine Frérot, PDG du groupe Véolia (collecte et traitement de déchets, distribution d’eau, services à l’environnement…), annonçant le rachat des 30 % des parts Suez détenues par Engie (distribution d’électricité) et son intention de lancer une OPA (offre publique d’achat) sur Suez.

Casse sociale à l’horizon

Les deux groupes ayant le quasi-monopole dans le monde du déchet, les salariés pressentent, si cette opération aboutit, des dégraissages considérables à tous les échelons de leur entreprise, et conséquemment leur situation menacée. « Nous présageons, en cas de fusion, la perte globale de milliers d’emplois sur le territoire national ; pour Véolia, c’est une aubaine pour éliminer son principal concurrent et imposer ses tarifs. Dans cette prédation financière, seuls seront gagnants les actionnaires, les perdants seront, comme toujours, les salariés, les collectivités et les contribuables !  » précise la CFDT dans un communiqué.

« Rien n’est encore fait, précise Frédéric Baudy, Bertrand Camus, patron de Suez, n’a pas l’intention de se laisser faire et cherche des partenaires pour faire une offre sur les parts Engie, mais il vaut mieux prévenir que guérir !  »

Ironie du sort, une partie de la collecte des déchets acheminés au Sidefage est assurée par Véolia 
!
Ironie du sort, une partie de la collecte des déchets acheminés au Sidefage est assurée par Véolia !

Des milliers d’emplois en jeu

En 2013, SET Faucigny-Genevois/Suez a remporté pour deux fois sept ans le contrat d’exploitation du Sidefage face, notamment, à Véolia. SET, 40 emplois à l’usine de valorisation de Bellegarde, fait partie de la branche R&V Energie de Suez, qui regroupe 1 000 emplois dans 32 usines en France. Suez, c’est 30 000 emplois en France, 90 000 dans le monde.

Le Sidefage spectateur

Du côté du Sidefage, on ne peut que constater la situation. « Nous sommes contractuels avec SET, nous ne sommes pas en première ligne, indiquait ce matin le directeur Alain De Barros aux grévistes. Une chose de sûre, c’est qu’il n’est pas dans l’intérêt des collectivités de voir se restreindre la concurrence sur les marchés qui les concernent.  »

Le soutien de l’Etat  ?

Les grévistes comptent sur le soutien des collectivités et des pouvoirs publics – Engie est en partie détenue par l’Etat – pour éviter d’en arriver là, et sont d’ores et déjà prêts à reconduire des actions sur le terrain, en fonction de l’évolution de la situation.

D’ici-là, ils attendent une déclaration prochaine de leur grand patron, qui devrait avoir lieu dans le courant de la journée, ce mardi 8 septembre. Affaire à suivre…