Un temps meilleur buteur devant Michel Platini, il couve les jeunes footballeurs de Cruseilles

Christian Pesin, à droite, est responsable du foot animation au FC Cruseilles.
Christian Pesin, à droite, est responsable du foot animation au FC Cruseilles.

C’est son fait d’armes et il le raconte avec plaisir. Dans les années 1980, alors qu’il jouait à Valenciennes, après 5 ou 6 matchs, Christian Pesin était le meilleur buteur de Ligue 1, devant un certain Michel Platini. Cela n’a pas duré mais celui qui a côtoyé des joueurs célèbres comme José Touré « le Brésilien », en rit encore ! Samedi 6 septembre, se tenait au gymnase des Ebeaux de Cruseilles, le traditionnel forum des associations, organisé par le comité des fêtes, et qui lance le coup d’envoi de la saison, sur fond de pandémie. Parmi les 23 associations présentes, sportives ou culturelles, le stand de l’une d’elles, le FC Cruseilles, était tenu par cet ancien joueur professionnel.

Solide milieu défensif

Né en 1957, Christian Pesin a débuté sa carrière à Saint-Quentin à 17 ans, avant de filer à Valenciennes, Quimper, puis Caen. Solide milieu de terrain défensif, il a évolué en Ligue 1 et Ligue 2 durant une bonne dizaine d’années. Il a également porté le maillot bleu des équipes de France universitaire et militaire, étant aussi convoqué en équipe olympique mais sans jamais jouer en match officiel.

Ancien prof d’économie et de gestion

Habitant Cruseilles, et après avoir entraîné différents clubs du coin, Christian, jeune retraité de l’éducation nationale (professeur d’économie et de gestion), est cette saison, responsable technique des catégories U7 à U11, soit environ 70 joueurs. L’entraînement, avec les précautions d’usage et les gestes barrière, a enfin pu reprendre la semaine dernière, pour la plus grande joie des enfants. Pour l’instant, les enfants arrivent changé pour les entraînements, avec leur propre gourde, et les douches sont interdites, ainsi que l’accès aux vestiaires, sauf urgence. Et parmi tous ces enfants, quelques féminines ont intégré les équipes. Si les U7 et U9 ont une séance par semaine, les U11 peuvent participer à deux entraînements. Comme dans tous les clubs, Christian s’interroge sur la reprise des plateaux : auront-ils lieu, sous quelles formes, et est-ce que les parents voudront que leurs enfants y participent ? Des questions pour l’instant en suspens pour des associations qui, privées de recettes, s’attendent à des jours difficiles.