Albertville : Shaynes Benteldjoune médaillée d’or aux championnats du monde de kickboxing !

Albertville : Shaynes Benteldjoune médaillée d’or aux championnats du monde de kickboxing !

Satanés préjugés  ! Quand on dévisage la petite demoiselle, on l’imagine difficilement enfiler les gants pour taper pieds et mains ses adversaires. C’est pourtant la discipline à laquelle s’adonne Shaynes depuis 4 ans... sans doute parce-qu’elle est à bonne école  : « Mon père a remporté de nombreux titres de champions sur la scène internationale, c’est lui qui m’a donné le goût du kickboxing ».

Élève en classe de 4e, âgée de 13 ans, la combattante s’est imposée face à une Anglaise en demi-finale, une Libanaise en finale, la suite de l’histoire, elle la voit avec ambition  : « ce dont je rêve, c’est de disputer des glory et remporter des championnats du monde professionnels ». Des objectifs qui s’accordent naturellement avec son caractère : « Je suis quelqu’un de très déterminée ». Lucide, elle ajoute « mais pour progresser, il faut que je travaille mes esquives ». Avant de rejoindre ses partenaires d’entraînement, Shaynes glisse « Je remercie mon grand-père qui est mon entraîneur, Gilles Bérod, Abdel Mansoura et Dominique Rizos... sans eux, rien n’aurait été possible ». Pleine de reconnaissance, elle complète avec « tous les membres du club qui m’ont soutenue »

« Un tempérament volcanique »

La compétition s’est déroulée au Celtic Park de Glasgow où se sont tenus les jeux du Commonwealth en 2014... et si Shaynes a vécu avec flegme cette aventure, les membres de son staff concèdent que l’organisation n’a pas été des plus simples à gérer  : « Le premier combat, rapportent Gilles Bérod et Mohamed Bentedjoune, était annoncé à 14h, il a été reporté à 16h et Shaynes est finalement montée sur le ring à 18h15. Elle remporté sa demi-finale et n’a eu que deux minutes pour préparer la finale contre une adversaire qui était beaucoup plus fraîche qu’elle  ! » Il en aurait fallu davantage pour déstabiliser l’Albertvilloise. Shaynes ne doute pas. Et pour Gilles, c’est à la fois une grande qualité mais aussi un aspect dont elle doit se méfier  : « Elle a un sacré potentiel, son évolution au sein du club a été surprenante. En combat, c’est une fonceuse, elle a un tempérament volcanique qu’elle doit apprendre à canaliser. Il faut aussi qu’elle travaille les décalages et l’esquive ».

Une chose est sûre, on devrait souvent entendre parler de la jeune femme dans les années à venir  !