Pourquoi Greenpeace s’installe à Annecy

Les membres sont installés de manière provisoire à Seynod pour leurs différents rassemblements.
Les membres sont installés de manière provisoire à Seynod pour leurs différents rassemblements.

Mieux faire circuler les idées et les énergies. Tel est le principe des nombreuses antennes de l’ONG (organisation non gouvernementale) Greenpeace, présente dans le monde entier. C’est en 1971 qu’elle s’implante en France, et il aura fallu attendre 2019 pour qu’elle pose ses valises à Annecy. « Une antenne existait déjà depuis de nombreuses années à Chambéry, et elle fonctionnait plutôt bien, explique Philippe Goy, membre de Greenpeace Annecy. Mais on s’est rendu compte que beaucoup de personnes venaient du bassin annécien, alors on a décidé d’ouvrir une nouvelle antenne, qui fonctionne déjà presque mieux que celle de Chambéry. »

Si elle a été officialisée par Greenpeace au début de l’été, l’antenne annécienne fonctionne en effet depuis plus longtemps et compte d’ores et déjà une vingtaine de membres. « On essaye de toucher un maximum de personnes possibles, en organisant des réunions d’information et en les invitant à certaines de nos actions », poursuit-il.

« Chaque ville a son contexte local »

En à peine quelques mois, Greenpeace Annecy a déjà mené de nombreuses actions sur le territoire. « On réalise souvent des tractages devant des magasins bios du bassin, notamment par rapport à l’électricité verte, où les gens sont plus aptes à échanger avec nous », relate Jean-Baptiste Davenas, un autre membre. Si le principe de l’ONG est de les mener de manière pacifiste, certaines actions coup de poing ont tout de même lieu, comme la récente manifestation dans la fontaine de Bonlieu pour « dénoncer le projet de forage de Total en Amazonie ».

En déployant une antenne à Annecy, les membres souhaitent - aussi - traiter de sujets propres à ce territoire. « Chaque ville a son contexte local, que l’on peut faire remonter à la trame nationale », ajoute Philippe. Cela passe notamment par la nourriture dans les cantines du bassin. « Depuis janvier, le Grand Annecy a instauré un repas végétarien par semaine pour les enfants, mais nous souhaitons en mettre un deuxième en place », ajoute Pascal, membre de l’antenne annécienne.

Au cours des prochains mois, Greenpeace Annecy va vivre au rythme des municipales estime Jean-Baptiste. « On veut faire une grosse campagne pour les municipales, notamment sur la pollution de l’air, et interpeller les élus à ce sujet. »