(VIDEO) Le couvre-feu mis en place en Haute-Savoie, en Savoie et dans l’Ain

(VIDEO) Le couvre-feu mis en place en Haute-Savoie, en Savoie et dans l’Ain
Twitter @JeanCASTEX

Alors que l’épidémie progresse de façon inquiétante sur le territoire français, le premier ministre Jean Castex tient un point presse ce jeudi 22 octobre à 17 heures en compagnie des ministres Olivier Véran, Roselyne Bachelot et Cédric O.

18h09

Fin du direct

18h08

Olivier Véran défend la différenciation territoriale des mesures.

« Le couvre-feu est une mesure difficile, lourde, qui porte atteinte à notre liberté d’aller et venir », déplore Jean Castex. Ces décisions reposent sur des indicateurs sanitaires. « j’ai un peu anticipé pour une certaine catégorie de départements car ils ne sont pas très loin ».

« Nous anticipons, nous avons pris des dispositions fortes qui doivent être proportionnées et adaptées aux réalités »

18h06

Jean Castex recommande le port du masque le plus possible, partout. Il appelle à rester vigilant.

« On continue à entendre sur les plateaux des chaînes de télévision des personnes qui se disent expertes en virologie et en épidémiologie qui ne le sont pas » assène Olivier Véran.

Le premier ministre félicite les initiatives prises par des associations étudiantes, des collectivités locales, partout qui sont allées porter le message de l’importance du port du masque auprès des jeunes. « Les messages plus institutionnels ont quelques difficultés à atteindre cette cible, mais gardons-nous de généralités ».

18h00

« Il est difficile de dire quand aura lieu le pic ».

Olivier Véran refuse pour le moment de faire des prédictions, notamment pour la période de Noël.

Pour Jean Castex, sa responsabilité est de prendre les bonnes mesures et d’anticiper toutes les hypothèses.

17h56

« Nous savons déjà que quel que soit l’effet du couvre-feu, l’impact se fera sentir au mois de novembre ».

« On continue d’apprendre de ce virus », précise Olivier Véran. Si jamais la situation sanitaire devait empirer, « des décisions seront prises ».

17h48

« L’ensemble du Gouvernement est mobilisé » assure Jean Castex.

La crise sanitaire risque de durer plusieurs mois encore.

17h47

« Il faut que les sorties de cinéma soient maintenues ».

La perte de chiffre d’affaires pour les cinémas sera compensée.

17h45

Des dispositifs spécifiques sont prévus pour le monde du spectacle. Roselyne Bachelot, ministre de la culture, présente les mesures pour le secteur culturel.

« Le monde de la culture est à nouveau particulièrement atteint ». La ministre a échangé avec les acteurs du spectacle et de la culture. Elle a également évoqué la situation avec des élus locaux. Elle salue les efforts faits par les professionnels de la culture qui ont maintenu le lien avec le public. « L’État sera à leurs côtés pour les accompagner ».

Le Gouvernement a décidé de prendre des mesures spécifiques pour la culture. 85 millions d’euros d’aide ont été décidés pour le spectacle vivant. L’objectif est de sauvegarder les programmations et les salles.

Début septembre, le ministère de la culture a mis en place un fond d’urgence pour les professionnels qui n’entraient dans aucun dispositif. Il sera doublé.

17h40

Jean Castex annonce que le couvre-feu aura des conséquences économiques lourdes. Le fonds de solidarité sera renforcé. Les prêts garantis prolongés de même que les dispositifs d’activité partielle.

« À tous ces secteurs économiques particulièrement impactés (hôtellerie, bar, restauration…), je veux dire que le gouvernement comprend leur désarroi et leur sentiment d’injustice. Ces mesures ne sont pas des sanctions contre eux mais des mesures de prévention. La solidarité nationale doit se déployer en leur direction. »

17h37

La CNIL a audité l’application, son code source est ouvert et public.

L’application a évolué. Elle est un « outil individuel d’information et de lutte contre l’épidémie ». Elle intègre des informations comme le taux d’incidence, le taux d’occupation des lits de réanimation… Les chiffres seront prochainement donnés au niveau local.

L’application diffusera des éléments d’information sur l’épidémie.

Elle sera enrichie toutes les deux semaines de nouvelles fonctionnalités.

« Nous voulons faire de l’application un couteau suisse numérique » pour protéger les Français.

17h34

L’application sera utile si nous sommes assez nombreux à la télécharger. « C’est un geste barrière supplémentaire ».

L’application permet « de gagner du temps » et permet d’accéder à la file prioritaire de tests si l’on est cas contact.

17h32

Jean Castex insiste sur l’importance des outils numériques et annonce le lancement de l’application « Tous anti-Covid » avant de laisser la parole à Cédric O, secrétaire d’État à la transition numérique et aux communications électroniques. « Nous avons besoin d’être chacun d’entre nous acteurs de la lutte contre le virus ».

Il insiste sur l’utilisation de « tous les outils numériques ». Cédric O rappelle l’existence du site depistagecovid.gouv.fr qui permet de trouver notamment un endroit où se faire dépister.

L’application Tous anti Covid est la mise à jour de l’application StopCovid, qui n’a pas été assez téléchargée.

17h28

« Il faut tout faire pour éviter l’admission en réanimation », ajoute le professeur Gayat qui insiste sur l’importance du « tracing » des patients.

17h27

Le professeur Étienne Gayat, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Lariboisière explique que 50 % des patients admis en réanimation ont moins de 50 ans.

Depuis quelques semaines, on observe une remontée des besoins de soins très lourds.

17h22

Jean Castex remercie l’ensemble de la « chaîne de santé », en première ligne depuis le mois d’avril. Il remercie également les collectivités territoriales pour leurs actions. « Nous détenons tous, à notre niveau, une partie de la solution ».

17h20

Une grande majorité des résultats de tests sont désormais donnés dans les 48h.

« C’est à chacun de nous qu’il revient de faire preuve de solidarité, de ne pas prendre de risques », insiste Olivier Véran

17h18

Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, l’ensemble de la chirurgie programmée a été retardé pour une durée d’au moins deux semaines. Des transferts de malades graves ont lieu au sein de la région.

17h17

Les formes graves apparaissent entre 8 à 15 jours après la contamination.

Il y a un besoin de lits hospitalier. En Île de France, l’ARS demande aux établissements privés d’accueillir des malades en rééducation pour faire de la place. Il faut aussi préparer des réanimations.

L’enjeu majeur porte sur les ressources humaines.

17h13

Le ministre de la santé Olivier Véran prend la parole pour faire le point sur la situation sanitaire.

« Nous avons connu une accalmie estivale en Europe mais nous sommes à nouveau le continent le plus touché ». Beaucoup de pays ont franchi le seuil d’alerte.

La circulation du virus est moins rapide qu’au printemps dernier grâce à l’application des gestes barrières, la distanciation sociale et car nous avons des masques. Le virus circule moins vite mais sa circulation reste inquiétante voire alarmante.

L’impact sanitaire est « réel, palpable ». Les médecins font de nouveau face à une vague de malades graves.

En région Auvergne-Rhônes-Alpes, le nombre de malades en réanimation a fortement augmenté en peu de temps.

Il est encore trop tôt pour mesurer l’impact de mesures mises en place la semaine passée.

17h10

« L’extension des mesures de couvre-feu dans des départements où le virus ne circule pas encore fortement est une mesure préventive ».

32.033 contrôles ont eu lieu depuis la semaine dernière.

Il est encore tôt pour mesurer les effets du couvre-feu. On saura si la circulation virale diminue la semaine prochaine. Le dispositif sera alors réévalué.

Le taux d’occupation des lits de réanimation a dépassé le taux de 44 %, voire plus de 50 % en Auvergne-Rhônes-Alpes. Cette tendance risque de se poursuivre. « Les semaines qui viennent seront dures et le nombre de morts va continuer d’augmenter ».

Le mois de novembre sera éprouvant.

17h05

« En France, la deuxième vague est là », annonce le premier ministre. la progression de l’épidémie est inquiétante dans toute l’Europe. « Nul n’est épargné. La situation est grave ».

La semaine dernière, un couvre-feu a été décidé en Île de France et dans 8 autres métropoles. La circulation du virus est élevée, avec une progression de 40 % en une semaine et un taux de reproduction autour de 1,35.

Deux éléments méritent d’être soulignés : toutes les tranches d’âge sont touchées, dont les plus de 65 ans. La quasi-totalité du territoire est concerné.

Le couvre-feu est étendu à 38 départements et à la Polynésie, de 21h à 6h pour 6 semaines à partir de vendredi à minuit. Pour sortir après 21h, il faudra fournir une attestation. Nos départements sont concernés.

17 heures

Début de la conférence de presse