Annemasse : 10 mois de prison pour deux trafiquants de stupéfiants

Belle prise pour la brigade des stups et la BAC d’Annemasse.
Belle prise pour la brigade des stups et la BAC d’Annemasse.

Durant quelques semaines le groupe stupéfiant de la Brigade de sûreté urbaine du commissariat d’Annemasse a enquêté sur un point de vente habituel au quartier du Livron à Annemasse. Les transactions s’effectuaient dans un local poubelles d’un immeuble situé avenue Maréchal-Leclerc à Annemasse. Selon la police, ce point de vente exaspérait les habitants du quartier qui ne comptaient plus les allées et venues de toxicomanes et l’occupation des parties communes de l’immeuble par les vendeurs.

Cocaïne, cannabis et argent liquide

Le 29 octobre, à 13h45, un des vendeurs, âgé de 18 ans, a été interpellé par le groupe stups, assisté des BAC (Brigade anticriminalité) d’Annemasse et d’Annecy dans l’immeuble du point de vente. Il venait de jeter par la fenêtre d’un appartement où il venait de se réfugier un sac de sport contenant 142,5 grammes de résine de cannabis, 236,5 grammes d’herbe de cannabis et 12,5 grammes de cocaïne, conditionnés en sachets. Les policiers estiment la valeur des ventes des produits du sac à 2 900 euros.

Le point de vente fonctionnait à plein régime !

Le dealer était également en possession de 1 500 euros en numéraires. Une femme, âgée de 41 ans, occupante de l’appartement de repli, était également interpellée. Ce point de vente fonctionnait à plein régime ! Les trafiquants ont même installé un panneau dans le local poubelle de l’immeuble indiquant que le commerce avait lieu 7 jours sur 7, de 9 heures à 21 heures.

Jugés à Thonon

Lors de son audition, le trafiquant a reconnu partiellement les faits.

Sa complice a également été entendue sur des faits distincts de vol avec violences et vols dit à la roulotte.

Ils ont tous les deux été présentés au Parquet le 31 octobre, à 9h30 ; puis jugés en comparution immédiate ce lundi 2 novembre, alors qu’ils étaient en détention provisoire. Le tribunal de Thonon les a condamnés à dix mois de prison, avec un maintien en détention.