Vaccin contre la grippe : les pharmacies prises d’assaut

Il va probablement manquer 2 millions de doses de vaccins contre la grippe en 2020.
Il va probablement manquer 2 millions de doses de vaccins contre la grippe en 2020. - Photo d’illustration

Le gouvernement a recommandé aux Français de se faire vacciner en masse contre la grippe cette année. La campagne de vaccination a commencé le 13 octobre et, selon le président de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine, Gilles Bonnefond, « 30 % des pharmaciens n’ont plus de vaccins actuellement », soit au 9 novembre. En effet, « les laboratoires ont choisi d’étaler leur livraison plutôt que de les faire en une fois. Il nous manque actuellement 2 millions de doses, ce qui explique cette pénurie », déplore le représentant.

Ainsi, dans le Chablais, les pharmacies de la Vallée verte et de la vallée du Brevon ainsi que celles de Lullin et Boëge sont actuellement en rupture de stock, même s’ils attendent de nouvelles livraisons. À Annecy, un pharmacien indique être sollicité pour le vaccin contre la grippe une petite dizaine de fois par jour, « on n’a pas eu tous les vaccins qu’on devait avoir. On n’a plus de vaccins et on attend au niveau du syndicat des pharmaciens qu’il demande à l’État de livrer ce qui semblerait être un stock d’État. » malgré des commandes plus élevées passées en prévision de l’afflux de demandes.

À Chambéry, les doses sont parties très vite, « en un jour et demi. La campagne a commencé le 13 octobre et le lendemain on n’avait plus rien. », indique un pharmacien qui a reçu des doses en fin de semaine dernière, déjà toutes réservées : « On a créé une liste suivant nos patients qui en avaient le plus besoin. Dès lors qu’on les a reçus, on leur a passé un coup de téléphone pour les prévenir qu’on les avait. Ils viennent les récupérer sur rendez-vous. ».

Un pharmacien d’Aix-les-Bains reçoit des appels « toutes les deux minutes » et déplore « les effets d’annonce » qui ont « affolé les gens comme ils ont affolé tout le monde avec la pandémie du Covid. » Ce praticien estime d’ailleurs que les risques d’attraper la grippe seront plus bas cette année « vu les protections, masques, toutes les mesures anti-Covid. Elles vont s’appliquer à la grippe également, donc il y aura beaucoup moins de cas. »

Deux millions de doses manquantes

D’ici la fin de la semaine, 1,5 million de doses sont attendues. D’autre part, le gouvernement est en train d’acheter des vaccins à l’étrange qui pourront être mis à disposition au début du mois de décembre. En tout, 13 millions de vaccins devraient être délivrés, selon le nombre de bons émis par les autorités sanitaires à destination des personnes à risque et pas 15 millions comme il était prévu, soit 2 millions de doses manquantes. « C’est à la fois une bonne chose puisque jamais autant de personnes à risque n’ont été vaccinées, idem pour les personnels soignants et les personnels des Ehpad. Mais cela signifie qu’il y aura des gens qui ne pourront pas se faire vacciner faute de stock », note Gilles Bonnefond.