Thonon : une interpellation musclée finit sur les réseaux sociaux, une plainte déposée contre les policiers

Thonon : une interpellation musclée finit sur les réseaux sociaux, une plainte déposée contre les policiers

Vendredi 6 novembre, peu après une heure du matin. Une vieille Fiat Punto est contrôlée par la police à l’angle de la rue des Ursules et de la place du château, à Thonon-les-Bains. À son bord, cinq jeunes parmi lesquels un Thononais de 20 ans, connu des services de police, et vraisemblablement au volant du véhicule. « Il y a eu un premier gazage quand mon client était dans la voiture, explique l’avocat du jeune homme, Me François Hoffmann.  Il a des problèmes neurologiques, donc il a été très fortement incommodé et est sorti de la voiture. »

L’interpellation fait le tour des réseaux sociaux

L’un des passagers de la voiture aurait alors asséné deux coups de poing à un policier, qui mèneront à un jour d’incapacité totale de travail pour le fonctionnaire. « Le conducteur a également tenté de donner des coups à un agent », indique une source judiciaire. L’interpellation devient de plus en plus houleuse et des passants, témoins de la scène, sortent leur téléphone pour filmer.

Une plainte bientôt déposée

Très vite, une vidéo se retrouve sur les réseaux sociaux, et notamment sur Snapchat, relayée par Radoudou13, un influenceur suivi par plusieurs centaines de milliers de personnes. Sur les images, on voit le conducteur de la voiture au sol, avec deux agents qui tentent de le maîtriser. Le jeune homme tente de se débattre et l’un des policiers lui assène plusieurs coups. « C’est nécessaire ça ? » questionne la personne qui filme. « La réponse de la police est clairement disproportionnée par rapport à la situation, peste François Hoffmann.  Nous disposons de trois vidéos, et on espère pouvoir en récupérer le maximum. Une fois le certificat médical de mon client reçu, une plainte sera déposée. »

Le conducteur a été placé en garde à vue avant d’être libéré. Il est convoqué le 4 mars devant le tribunal correctionnel pour répondre de rébellion, usage de stupéfiants et conduite sans permis. L’un de ses passagers, un Thononais de 20 ans également, devra lui répondre de violences sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Cette affaire n’est pas sans rappeler une autre interpellation qui a eu lieu à Thonon, lors du premier confinement. À l’époque, un contrôle d’attestation avait dégénéré, boulevard du Canal, et des coups avaient été échangés entre les membres d’une famille et la police. Une partie de la scène avait été filmée par des voisins, mais le tribunal avait alors refusé de voir les images lors du procès car elles ne montraient pas le contexte général de l’interpellation.