Les stories... pourquoi on en fait toute une histoire

Les stories... pourquoi on en fait toute une histoire

Votre mission, si vous l’acceptez : profiter de 24h chrono pour vous montrer sous votre meilleur jour. Que ce soit sur Instagram, Facebook et maintenant Linkedin, l’idée est de se raconter en direct live, façon Snapchat. Photos, vidéos, avec ou sans effets boomerang, en musique ou pas. On peut aussi partager les publications que l’on a aimées, comme dans un fil d’actualité éphémère. Et c’est bien parce que les stories s’autodétruisent à la 25è heure que tout est permis. Il n’en restera aucune trace. Sauf pour celles, d’anthologie, que l’on peut afficher en Une. Comme cette visite de La Fab d’Agnès B, dont la peinture de Man Ray, « The Lovers » m’a valu le like du siècle... aussitôt repris en story. Parce que quand Jim Jarmusch himself aime ton post sur Instagram, tu ne boudes pas ton plaisir !

#larecettedusuccès

Prenez un compte Instagram. Tapotez sur le petit + de l’icône Story. Enregistrez une vidéo ou sélectionnez une photo. Puis ajoutez du texte, choisissez vos filtres, vos animations, gif, sondage, quiz... et oui, c’est aussi interactif. N’oubliez surtout pas les #hashtag et @mention pour rameuter un maximum de monde. C’est ludique, c’est inspirant, et surtout ça permet d’exprimer sa créativité. Alors soyez original.e pour espérer atteindre le Saint Graal ou être republié.e dans une autre story. Effet boule de neige et ego trip garantis !

#jebichonnemonréseau

Et si vous gérez une page entreprise, alors là, pas de faux pas, la finalité est toute autre. Ce n’est plus vous qui êtes le centre du monde, mais votre activité, votre savoir-faire, vos clients, votre univers de marque, vos produits. Vous pouvez toutefois vous autoriser quelques publications plus personnelles, comme des cartes postales envoyées du bout du monde, façon storytelling. Enfin notez qu’en 2020, 500 millions d’instagrameurs utilisent les stories quotidiennement, et 200 millions visitent au moins un profil d’entreprise par jour. Alors et vous, qu’attendez-vous pour nous raconter des histoires ?