(PHOTOS) Thoiry : la jument blessée par balle devrait s’en tirer

Téquila, une jument en pension aux écuries de Badian, centre équestre situé en limite de la frontière suisse, au nord-est de Valthoiry, a été blessée samedi 21 novembre par le ricochet d’une balle de chasse, lors d’une battue de régulation autorisée par la préfecture. Le projectile s’est enfoncé dans le prolongement de queue, l’animal a été conduit à la clinique équine d’Argonay pour être soigné.

Un accident rare

« Depuis 40 ans que nous tenons le centre équestre et que nous prenons des chevaux en pension, explique le patron Jean-François Bonier, nous n’avons jamais vu ça. Ce genre d’accident est extrêmement rare. »

Il pose à nouveau, quoi qu’il en soit, la question de la cohabitation de la chasse avec les autres usagers de la nature. Un sujet épineux sur lequel on devine aisément la position des propriétaires de chevaux et amoureux des pratiques équestres.

« Les chasseurs doivent faire preuve de la plus grande rigueur »

Pour Christine Blondin, propriétaire de Tequila – « en fait, elle est à ma fille de 17 ans, c’est elle qui l’a découverte blessée » – il ne fait pas de doute que chasser aussi près d’un centre peuplé tant d’animaux que d’humains est irresponsable : « Je comprends le principe de la régulation du gibier, mais des gens montaient ou se promenaient à pied dans le périmètre quand ça s’est produit, n’importe qui aurait pu être touché… » Pour elle, les chasseurs « doivent faire preuve de la plus grande rigueur, chasser où il n’y a pas de risque, et n’ouvrir le feu qu’à coup sûr sur le gibier qu’ils traquent, sanglier ou autre… »

Téquila aux petits soins

D’après elle, le chasseur auteur du coup de feu malheureux se dit désolé et souhaite lui parler, mais Christine ne se sent pas prête à cela. Pour le moment, elle n’a en tête que la peur rétrospective pour sa fille et le devenir de sa jument. « Elle n’a pas de lésions graves, bien que la balle soit passée près de la colonne vertébrale. On ne sait pas si on pourra extraire le projectile, probablement pas, on espère que le corps l’éliminera de lui-même. On espère également qu’il n’y aura pas de surinfection… »

Pour l’heure, Téquila est sous antibiotiques pour huit jours, donc pas de risque. Christine va suivre la suite de près, sans savoir encore si, et quand, la jument pourra reprendre ses balades tranquilles avec sa fille…