(VIDEO) Déconfinement : les règles à partir du 15 décembre

(VIDEO) Déconfinement : les règles à partir du 15 décembre

Serons-nous déconfinés le 15 décembre ? Jean Castex a répondu à cette question jeudi 15 décembre lors du point presse hebdomadaire de suivi de l’épidémie de Covid-19.

Ce qui change à partir du 15 décembre

– Le confinement laisse la place à un couvre-feu, de 20 heures à 6 heures du matin.

– Les sorties entre 20 heures et 6 heures devront être justifiées et il faudra se munir d’une attestation. En cas de contrôle, les déplacements sans motifs valables seront verbalisés.

– Le couvre-feu ne sera pas appliqué le 24 décembre mais il sera en vigueur le 31 décembre contrairement à ce qui était initialement prévu.

– Les fêtes sauvages et rassemblements intempestifs sont interdits le 31 décembre.

– Les établissements qui devaient rouvrir le 15 décembre (cinémas, salles de spectacle, théâtre, etc.) restent fermés.

– Il sera possible de se déplacer sur tout le territoire mais le télétravail doit rester la règle.

19h07

Fin du direct

19h06

Les considérations sanitaires déterminent les choix, précise Jean Castex. « Nous prenons en considération les conséquences économiques de nos choix »

En ce qui concerne l’université, l’échéance du 20 janvier reste valide. Beaucoup d’étudiants sont en difficulté. « Nous avons décidé de travailler à pouvoir reprendre, dans le cadre de protocole sanitaire renforcé, les travaux dirigés pour des étudiants ciblés. » Les vacations de psychologues et d’assistantes sociales vont être renforcées auprès des Crous. Des systèmes de tutorat ont été mis en place pour pallier le manque de petits boulots et s’occuper des jeunes étudiants plus en difficulté, en situation de décrochage ou de détresse.

« La situation des étudiants est très difficile. »

Olivier Véran répond sur le rapport de la commission d’enquête du Sénat. Un communiqué sera publié ce soir.

« Nous voulons un dépistage de masse cohérent. Des opérations qui fassent sens ». Il n’y a pas d’objectif chiffré de nombre de tests. « Nous encouragerons les publics cibles à venir se faire tester. Plusieurs centaines de renforts sont mobilisées dans les collectivités que nous avons sélectionnées. Ce sont elles qui nous ont contactés ».

Gérald Darmanin répond sur les départs en vacances. À partir du 15 décembre, il n’y a plus de limite dans la journée. Les Français pourront passer de région à région et rejoindre leur lieu de vacances. Il sera possible de se déplacer après 20 heures pour prendre une correspondance de train ou d’avion. « Il est recommandé de limiter ses déplacements ».

Jean Castex ajoute une précision sur l’outre-mer. « Pour vous rendre en outre-mer, le principe est de présenter un test négatif. Les règles ne sont pas homogènes en fonction des collectivités, je vous renvoie vers le site gouvernemental ».

18h55

Le premier ministre répond maintenant aux questions.

« L’absence de la ministre de la culture n’a aucune signification. Quand on a une vague épidémique, il ne suffit pas d’avoir des protocoles sanitaires, il faut éviter au maximum les flux. »

« Oui, les stations de sport d’hiver se dotent de protocoles mais il faut éviter les grands rassemblements de foule ».

Le couvre-feu s’appliquera le 31 décembre. Il sera possible de dormir au domicile d’autres personnes.

« Les mesures annoncées ce soir ont pour but d’éviter un durcissement ».

Olivier Véran répond sur le risque de rebond épidémique. « Il existe, il y a un risque ». « La meilleure manière de célébrer 2021 c’est de se donner collectivement les moyens de passer une année plus libre, en étant responsable, même si on a envie d’autre chose ».

En ce qui concerne la vaccination, plusieurs publications sont positives sur les effets du vaccin de Pfizer. « Il y a eu des effets bénins et aucun effet indésirable grave. On aura d’autres données qui arriveront. » Les deux cas d’effets graves constatés au Royaume-Uni concernent des personnes fortement allergiques.

Gérald Darmanin répond sur les contrôles renforcés du 31 décembre. « Pour le 31 décembre afin d’éviter les fêtes sauvages et les rassemblements intempestifs, nous mobiliserons beaucoup de policiers et de gendarmes. ». Plus de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour la nuit du 31 décembre.

Deuxième série de questions.

18h44

Le premier ministre reprend la parole.

« Oui, nous avons réduit la circulation du virus, nous avons allégé la pression sur nos hôpitaux. Ce serait plus facile et plus confortable à court terme d’alléger les mesures »

« Cette bataille, nous ne la remporterons que par la mobilisation de tous »

« Les premiers mois de l’année prochaine doivent nous permettre de franchir un cap dans la lutte contre l’épidémie ». Les premières phases de vaccination permettront de protéger les plus fragiles.

« Cette année 2020 aura été éprouvante pour nous tous, je sais votre lassitude, vos doutes. je les partage mais je vous dois la vérité sur cette épidémie qui dure plus que l’on aurait voulu. Une nouvelle fois et inlassablement je fais appel aux belles valeurs de solidarité et de responsabilité. »

18h40

Se faire tester avant de rejoindre sa famille pour Noël peut présenter un risque de « surprotection ». Il faut également éviter l’engorgement des lieux de test. « Si vous avez un doute, ou si vous êtes amenés à vous rendre auprès d’une personne vulnérable, faites vous tester mais n’utilisez pas le test comme un ‘totem d’immunité’ »

Quatre opérations de mass-testing vont être organisées dans les semaines à venir. Une première au Havre, une à Roubaix, une à Saint-Etienne et une à Charleville-Mézières.

18h37

Le nombre de tests va augmenter. Les délais de résultat vont être accélérés et l’accompagnement des personnes positives améliorer.

Il n’y aura pas de dispositif de sanction des personnes malades qui ne s’isoleraient pas.

Olivier Véran présente l’évolution de la stratégie tester alerter protéger.

Tester : actuellement, 75 % des résultats de test PCR sont rendus en moins de 24h. « C’est bien mais nous voulons aller plus loin et approcher le 100 % de résultats en moins de 24h et si possible l’avoir en moins de 12h ». Les tests antigéniques montent en puissance. 250.000 tests antigéniques sont réalisés chaque semaine. « Ce sera beaucoup plus dans les semaines à venir ».

Alerter : « nous souhaitons aller plus vite et plus fort ». Les moyens humains pour les actions de tracing vont être renforcés afin de démarrer le contact tracing dès les premières minutes.

Protéger : « nous visons un objectif nouveau et ambitieux : que chaque personne diagnostiquée positive se voit proposer une visite à son domicile par une équipe pluridisciplinaire qui pourra réaliser des tests antigéniques auprès de l’entourage ». A l’occasion de cette visite, des conseils seront prodigués et du soutien sera apporté.

Le ministère travaille à un document qui contiendra des conseils et permettra à la personne de s’engager à s’isoler s’il est positif.

18h30

Jean Castex reprend la parole.

Les mesures d’accompagnement économiques sont prolongées. « Face à la deuxième vague, nous avons renforcé les dispositifs d’aide ».

Des concertations sont en cours avec les acteurs de la montagne et des sports d’hiver.

Les assureurs ont pris, devant Bruno Le Maire, de nouveaux engagements afin de répondre aux difficultés rencontrées par les PME. « Nous avons obtenu qu’il n’y ait pas d’augmentation des primes d’assurance multiprofessionnelle l’an prochain ».

« Au moment où la crise économique accroît les effets psycho-sociolgiques de la crise sanitaire, c’est une préoccupation permanente ».

Des mesures de soutien supplémentaires ont été décidées pour les étudiants.

18h26

Gérald Darmanin présente les règles du couvre-feu et les mesures de contrôle.

L’attestation ne sera plus nécessaire dans la journée. Les déplacements ne seront pas autorisés entre 20h et 6h du matin. Un nombre limité de déplacements sera autorisé. Les motifs de dérogation sont : les motifs professionnels, les raisons de santé, les motifs familiaux impérieux, les déplacements liés à une mission d’intérêt général, les besoins d’animaux de compagnie…

Les pratiques sportives ne sont pas autorisées.

Si vous avez besoin de circuler entre 20h et 6h, vous devrez vous munir d’une attestation. Vous devrez être en mesure de la présenter en cas de contrôle et justifier votre déplacement. En cas de contrôle, le déplacement sans motif valable expose à une amende de 135 euros.

Depuis le début du confinement, plus de 2 millions de contrôles ont été effectués. « Il est fondamental que nous ne relâchions pas nos efforts ».

« Nous serons intransigeants sur les rassemblements non autorisés et les fêtes sauvages »

18h22

« Nous voulons limiter les occasions de se retrouver les uns chez les autres », premier facteur de contamination.

« Nous devons faire collectivement l’effort d’y renoncer. »

« Noël occupe une place à part. » Les déplacements seront autorisés pour la soirée du 24 décembre, en respectant la limite de 6 adultes à la fois.

Il sera possible de se déplacer sur tout le territoire mais le télétravail doit rester la règle.

18h19

L’ouverture des salles pourrait entraîner une situation pire en janvier.

« Nous réexaminerons la possibilité de les ouvrir à partir du 7 janvier en fonction de l’effet des fêtes de fin d’année sur l’épidémie. »

Les dispositifs d’accompagnement économique restent en vigueur.

Pour les autres établissements, l’échéance du 20 janvier reste en vigueur.

À partir du 15 décembre, le couvre-feu démarrera dès 20h. Il concernera aussi le réveillon du 31 décembre et sera strictement contrôlé. les possibilités de dérogation seront limitées.

« Nous devons être raisonnables, respecter la règle du couvre-feu et suivre la recommandation d’un maximum de 6 convives ».

18h16

Jean Castex reprend la parole. « Nous ne serons pas le 15 décembre à l’objectif des 5.000 nouveaux cas par jour ».

« Dès lors que les chiffres ne baissent plus, il est de notre devoir d’en tirer les conséquences ».

Les semaines à venir présentent des risques : les températures et les fêtes de fin d’année, notamment le nouvel an. « Le retour de ce qui s’est passé avec Thanksgiving nous alerte ».

Les mesures vont être adaptées. Il s’agit de permettre aux gens de profiter des fêtes de fin d’année, sans s’exposer à un risque.

« Nous avons décidé d’adapter la stratégie de déconfinement »

Le 15 décembre, nous passerons à une nouvelle étape. Les règles seront plus strictes que prévu.

Les établissements recevant du public qui devait rouvrir, resteront fermés trois semaines de plus. Il s’agit des cinémas, des salles de spectacles, des musées, des casinos…

Les règles posées pour les lieux de culte ne changent pas.

« Je mesure que ces règles sont difficiles à accepter, même si tous ces établissements disposent de protocole sanitaire »

« Prendre cette décision nous a été particulièrement douloureux. »

18h12

« Nous n’atteindrons pas les 5.000 diagnostics par jour. »

« Si nous ne faisons rien, nous risquons un redémarrage de l’épidémie ».

Il y a plus de malades hospitalisés au cours de la 2e vague qu’au cours de la première. Il y aura plus de malades hospitalisés au 15 décembre qu’il y en avait au 11 mai. Il y a une hospitalisation toutes les 11 minutes. « Ça ne baissera plus d’ici une à deux semaines ».

En réanimation, nous sommes passés tout juste sous la barre des 3.000 malades. « Nous pouvons craindre que le rythme de la baisse ralentisse ».

Cette semaine, les évacuations sanitaires ont repris.

18h10

Olivier Véran fait le point sur les pays les plus touchés dans le monde et en Europe.

Au moment de la décision du confinement, la France était un des pays les plus touchés. Aujourd’hui, la France et l’Espagne présentent un niveau de contamination plus faible que la quasi-totalité des pays qui nous entourent. L’Allemagne est en train de décider région par région de la fermeture des commerces.

« Le couvre-feu et le confinement ont été efficaces, cela a permis de sauver des milliers de vies »

« Nous ne sommes pas sortis d’affaires. 11.000 nouveaux malades par jours c’est beaucoup trop ». Le nombre de contamination a arrêté de baisser, voire augmente. « Du plateau au pic les choses peuvent aller très vite ».

Le froid, l’humidité, qui a accompagné l’arrivée du mois de décembre ont eu une influence.

18h06

Le nombre de contaminations ne se réduit plus depuis quelques jours.

« Ce changement de tendance n’est pas propre à notre pays, on l’observe dans d’autres pays d’Europe qui ont annoncé des mesures de durcissement »

18h05

Jean Castex va faire le point sur la situation sanitaire et présenter les perspectives à venir. « C’est en France que l’épidémie est aujourd’hui la mieux maîtrisée par rapport à nos voisins européens. Je m’en réjouis pour tous nos personnels de santé qui vivent comme un soulagement la baisse des hospitalisations. »

Le nombre de nouveaux cas est passé de 50.000 à 10.000 par jours.

« Même si nos règles ont été moins dures qu’en mars, je sais qu’elles ont pesé sur votre quotidien. Je sais que ces mesures peuvent être mal ressenties. »

« Il faut rester chez soi le plus possible et limiter ses motifs de sortie ».

18h02

Début de la conférence de presse