Affaire Grégory : les investigations reprennent

De nouveaux éléments ont été mis en évidence dans l’affaire Grégory.
De nouveaux éléments ont été mis en évidence dans l’affaire Grégory. - Capture d’écran BFMTV

Le mystère dure depuis 1984 : qui a tué le petit Grégory Villemin, âgé de 4 ans et retrouvé pied et point lié dans la Vologne, une rivière des Vosges. 36 ans après, l’enquête serait de nouveau relancée, révèlent nos confrères du Parisien. Dominique Brault, nouveau magistrat en charge du dossier, a mené plusieurs auditions de témoins début décembre. « Les investigations ont repris et avancent. Des actes d’enquête ont été menés », a confirmé Thierry Pocquet du Haut-Jussé, procureur général de Dijon.

Ainsi, des personnes de l’entourage familial ou du voisinage de l’enfant ayant vécu dans les Vosges au moment des faits ont été entendues. Ces investigations sont menées pour essayer de déterminer qui a enlevé puis tué le petit garçon. La justice pencherait pour le scénario d’un enlèvement commis par Bernard Laroche, le beau-frère de Muriel Bolle (un des personnages clé du dossier), qui aurait ensuite livré Grégory aux époux Jacob (le grand-oncle et la grand-tante de l’enfant). Toujours selon le Parisien, de nouvelles mises en examen sont à prévoir.

Une nouvelle pièce potentiellement capitale

Outre ces auditions, une information de BFMTV rapporte qu’une nouvelle pièce « potentiellement capitale », devrait être versée au dossier : les résultats d’une expertise en « stylométrie ». Cette technique novatrice complexe vise à étudier les tournures de phrases, la syntaxe et la ponctuation et pas l’écriture.

Ces analyses, qui avaient été confiées à une entreprise suisse spécialisée dans la détection de plagiats et l’analyse de texte, devraient être livrées prochainement. Ainsi, des écrits de protagonistes de l’époque ont été comparés aux lettres du ou des « corbeaux » qui avaient menacé les parents de Grégory et revendiqué l’assassinat du petit garçon.

«  Les investigations ont repris dans cette affaire, et je reste confiant quant aux résultats concrets et effectifs des investigations, a indiqué l’avocat des parents de Grégory au Parisien. Mais il faut encore s’armer de patience. ». Les investigations avaient déjà été relancées en 2017, pour tenter de résoudre le mystère autour de la mort de Grégory Villemin.