La SADAG accueille aujourd’hui des bureaux et des entreprises

La SADAG fut longtemps considérée comme l’une des meilleures imprimeries de France.
La SADAG fut longtemps considérée comme l’une des meilleures imprimeries de France.

Crée à Bellegarde en 1907 par les frères Thévoz, reporters-photographes genevois qui détenaient déjà une imprimerie en Suisse, puis en créeront une troisième à Paris dans les années 30, la SADAG, société anonyme des arts graphiques devint rapidement, grâce à la maîtrise de l’héliogravure, l’une des meilleures imprimeries de France. Fleuron industriel de Bellegarde, fièrement plantée au-dessus de la voie ferrée à Arlod, elle connaît un développement important, avant une crise technologique amène, en 1965 le rachat de l’entreprise par ses salariés, sous la forme d’une Scop, société coopérative.

La SADAG connaît à nouveau des belles années, reprenant en 1997 l’imprimerie Michaux. En 2003, elle investit dans de nouveaux procédés d’impression. En 2004, elle réalise 70 % de son chiffre d’affaires avec les organismes internationaux de Genève, dont l’Organisation mondiale de la Santé, l’OMS, avec un chiffre d’affaires de 3,4 millions d’euros…

Puis des difficultés se font jour. En 2008, la SADAG est rachetée par le groupe Brailly, qui concentre son activité sur la PAO au détriment de l’impression. Après un déménagement dans des locaux rue de l’Industrie, la SADAG, ferme définitivement ses portes en septembre 2009, en pleine crise financière.

Plus tard, les locaux historiques de l’avenue de Verdun, restés vides quelques années, sont rachetés par une société privée, qui les transforme pour accueillir des bureaux, des box, des entreprises. Une partie des murs abrite aujourd’hui l’atelier de métallerie-serrurie Cutelle, précédemment installé un peu plus loin, dans le centre d’Arlod…