Le Léman et la privatisation de ses rives décortiqués par une géographe

Alice Nikolli a préparé sa thèse à l'Université Savoie Mont Blanc, au sein du laboratoire Edytem.
Alice Nikolli a préparé sa thèse à l'Université Savoie Mont Blanc, au sein du laboratoire Edytem.

Son travail a été récompensé par le prix de thèse 2020 du Géoparc du Chablais. Originaire de Faverges, la géographe Alice Nikolli a consacré ses recherches aux problématiques qui découlent de la privatisation des lacs alpins. Entretien.

Les rivages lacustres sont-ils soumis aux mêmes contraintes que le littoral maritime ?

L’accès aux littoraux maritimes est mieux protégé que celui des rives lacustres. Cela s’explique par des raisons historiques et juridiques. Les lacs ne relèvent pas du même domaine public. Le Léman dépend du domaine public fluvial, tandis que les mers sont affiliées au domaine public maritime. Ce dernier a des dispositions qui protègent notamment la plage, l’estran (l’espace couvert et découvert par la marée, NDLR) mais aussi une servitude de passage créée dans les années 1970 pour des raisons touristiques, afin de permettre aux promeneurs de longer le littoral.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite