(VIDEO) Sciez : « J’ai peur que ma maison s’écroule »

Dans les chambres, sur la terrasse ou encore la véranda, la maison du couple sciezois est fissurée de long en large.
Dans les chambres, sur la terrasse ou encore la véranda, la maison du couple sciezois est fissurée de long en large.

Sciez

«   La véranda est en train de s’affaisser. Nous n’arrivons même plus à ouvrir l’une des baies vitrées ». Chez Charles Boelen, relever les fissures dans les murs en béton de la bâtisse s’apparente à un véritable jeu de piste. Sauf qu’ici, la démarche n’a rien de ludique. Chaque jour l’inquiétude est plus grande. « Ces fentes, on les découvre au fur et à mesure. Elles finissent par faire le tour de la propriété, des chambres jusqu’au garage. C’est ça qui est très préoccupant. J’ai peur que ma maison s’écroule », confie ce Sciezois, le ton grave et le regard soucieux.

La faute à la sécheresse ?

Une belle demeure, vieille de 30 ans, en proie à un effondrement imminent ? Ses occupants, Charles Boelen et Jocelyne Schwartzenberg, sont en tout cas habités par un doute quotidien. Depuis près d’un an et la découverte d’interstices au sol comme sur la façade de la maison, le couple se démène afin que « l’état de catastrophe naturelle » soit reconnu, comme le précise Jocelyne Schwartzenberg. Un statut souvent indispensable pour décrocher le remboursement de travaux auprès des assurances. En juillet dernier, suite aux plaintes d’habitants constatant de multiples fissures identiques à celles des Sciezois, la commune de Veigy-Foncenex avait justement obtenu ce titre, attribué par la préfecture de Haute-Savoie. Ces incidents étaient consécutifs à la sécheresse qui avait touché le territoire à l’été 2018. De quoi envisager un lien potentiel ? « Cette région est considérée comme humide. Des anciennes cartes de Sciez signalent la présence de marais, comme à Veigy », avance Charles Boelen.

Pas de retour de la sous-préfecture

Ce dernier attend désespérément un retour de la sous-préfecture qui, à l’heure actuelle, reste muette. « Il y a six mois, j’ai pris attache auprès de la mairie de Sciez qui a contacté la sous-préfecture. Trois mois plus tard je les ai relancés, mais toujours aucune nouvelle de leur part. » Entre-temps, le couple s’est rapproché d’une entreprise chablaisienne « spécialisée dans la solidité du béton », ayant bon espoir que celle-ci puisse intervenir avant l’irréparable.

En rendant publique leur situation, Charles Boelen et Jocelyne Schwartzenberg ont bon espoir que d’autres Sciezois, victimes, comme eux, de ces importants dommages, sortent du bois. « On a déjà appris qu’il y avait une autre maison concernée. Peut-être qu’il y en aura d’autres… », suggère Jocelyne Schwartzenberg.

Charles Boelen invite toute autre victime à le joindre à boelen.charles@wanadoo.fr

Massongy concernée

Le 18 novembre, la préfecture de Haute-Savoie a reconnu l’état de catastrophe naturelle pour cinq nouvelles communes du département, elles aussi victimes de la sécheresse de 2018. Parmi elles, Massongy, voisine directe de Sciez. De quoi laisser songeur.