Izernore/Bellegarde : prison avec sursis pour des violences conjugales

Les violences conjugales sont malheureusement monnaie courante... Photo d’illustration - Archives Le Messager
Les violences conjugales sont malheureusement monnaie courante... Photo d’illustration - Archives Le Messager

J ’ai porté plainte parce que j’ai eu peur. Mais je ne veux pas lui porter préjudice, je ne demande rien, je veux simplement vivre dans l’amour sans violence. Je suis là parce que j’ai envie de sauver mon couple. » A la barre du tribunal de Bourg, une femme témoigne sans vouloir charger son conjoint qui, depuis plusieurs années, la frappe régulièrement.

«  Avez-vous demandé une procédure de divorce ?  », lui demande le président. «  Non ! On ne se décide pas, ni l’un ni l’autre…  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite