Aéroport de Genève: les habitants pour un meilleur contrôle de son développement

Toujours plus de trafic malgré des mesures annoncées mais sans grand effet jusqu'à ce jour. DRK
Toujours plus de trafic malgré des mesures annoncées mais sans grand effet jusqu'à ce jour. DRK

C’est un effet de surprise. La votation du 24 novembre portant sur l’initiative « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève », lancée en 2016 par la Carpe (Coordination régionale pour un aéroport de Genève urbain, respectueux de la population et de l’environnement), a été acceptée à 56,27 %. Il sera peut-être plus difficile d’exercer la gouvernance de l’aéroport international de Genève (AIG).

Plus tenir compte de la pollution et des nuisances sonores

La Carpe lutte contre les nuisances causées par le développement du trafic à l’Aéroport international de Genève. La croissance de trafic aérien et le développement constant de l’aéroport ne tiennent pas suffisamment compte, selon les signataires de l’initiative, de la pollution de la qualité de l’air et des nuisances sonores en augmentation. Sans parler de la dépréciation de la valeur immobilière de l’habitat. Toute la région autour de l’aéroport est impactée par une densité de trafic de plus en plus serrée et par des vols après 22 heures.

Le contre-projet ne passe pas !

Soucieuse de maintenir l’autonomie de l’AIG, la majorité de droite du Grand Conseil avait élaboré un contre-projet ; il a été refusé dimanche par 56,27 % voix. Le conseiller d’Etat, Serge Dal Busco, responsable de tutelle de Genève-Aéroport, avait prédit : « L’aéroport va être l’otage de batailles politiques ! ». Il annonçait aussi les mesures concrètes déjà entreprises par le gouvernement genevois, pour limiter les vols après 22 heures et pour réduire le niveau de nuisance à celui de 2009. 4 500 personnes devraient sortir des courbes de bruit.

Un frein suffisant ?

Le développement de l’AIG dépend aussi en grande partie des décisions prises à Berne. Le poids des associations sera-t-il un frein suffisant ? « La population nous a suivis sur un premier cas concret où la protection de l’environnement et de l’être humain est en jeu » s’est réjouie Lisa Mazzone, verte, présidente de la Carpe.

En chiffres

Pour les communes les plus proches de l’aéroport : 18 635 voix (58.95 %) à Genève-ville ; 661 voix (76.59 %) à Genthod ; 1 409 voix (64.34 %) au Grand Saconnex ; 2 419 voix (63.88 %) à Meyrin ; 880 voix (70.03 %) à Vernier village.

De 17 millions de passagers annuels il est prévu d’ accueillir 25 millions de voyageurs en 2030, soit 236 000 mouvements d’avions, selon la fiche du plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) adoptée par le Conseil fédéral en 2018.