(Vidéo) Route de Genève : au coeur d’une opération de contrôles

Un des conducteurs sanctionné a été interpellé à 146km/h. Il est reparti sans son permis 
!
Un des conducteurs sanctionné a été interpellé à 146km/h. Il est reparti sans son permis !

Il est 15 heures ce jeudi 21 novembre quand des agents des forces se postent à deux niveaux de la route qui rattache le Pays de Gex à Valserhône, à savoir la route de Genève. L’opération de contrôle se terminera à 17 heures. Elle est conjointement menée par la brigade motorisée (BMO) de Valserhône et la brigade territoriale. Un groupe, le poste de contrôle, s’est installé sur le « plateau des Roches », juste après la zone de dépassement à la sortie de Léaz. Un autre, le poste d’interception, est arrêté à l’entrée de la route de Vanchy. Le principe est simple : les premiers repèrent les excès de vitesse dans cette zone limitée à 90km/h ainsi que les mauvais comportements des conducteurs (téléphone, franchissement d’une ligne continue, non-port de la ceinture…) et préviennent les seconds qui eux, arrêtent les conducteurs et procèdent à la verbalisation.

Pourquoi ici ?

Des contrôles comme celui-ci peuvent se produire un peu partout dans l’Ain. Le sous-préfet de Gex et Nantua, Benoit Huber, rappelle d’ailleurs les problématiques du département : «   Nous sommes dans une phase où nous n’arrivons plus à faire baisser significativement le nombre de morts. Aujourd’hui on est à 32 morts dans le département depuis le 1er janvier contre 34 l’an dernier et l’année n’est pas terminée. Plus inquiétant encore, le nombre d’accidents dans l’Ain augmente (+5 %). Nous atteignons 50 accidents cette année. Le nombre de blessés augmente aussi, de 8 %, pour atteindre plus de 600 blessées   ». Sur l’axe contrôlé qui voit passer environ 11 000 véhicules par jour selon la gendarmerie, les tendances non plus, ne sont pas bonnes. «   Le nombre de morts est stable. On est à quatre morts, comme l’an passé. Mais nous avons eu 75 blessés qui passent au moins 24 heures à l’hôpital contre 62 il y a un an. Ça veut dire que les accidents sont plus nombreux et plus graves. Et la vitesse dans le département est la première cause d’accident.   ».

Les accidents touchent les locaux

Comme l’indique le commandant Arnaud Prenveille, commandant de l’escadron départemental de la sécurité routière de l’Ain (EDSR 01), la plupart des accidentés résident proches du lieu de l’accident. «   L’habitude d’emprunter toujours la même route fait que l’attention se relâche. Les gens partent pas totalement réveillés le matin, le soir ils rentrent stressés et fatigués… 50 % des accidents sont des chocs frontaux   ». Et d’ajouter : «   Les gens doivent comprendre que ça ne sert à rien d’accélérer sur la ligne de dépassement à la sortie de Léaz. En fin de journée, avec le nombre de camions et de ralentissements sur la route, les secondes gagnées sont infimes ; les risques d’accidents, eux, sont énormes    ».

Bilan de la journée

Entre 15 et 17 heures, 21 infractions ont été relevées dont :

– 2 usages de téléphone

– 3 dépassements de vitesse supérieurs à 20 km/h

– 5 dépassements de vitesse supérieurs à 30 km/h

– 1 dépassement vitesse supérieur à 40 km/h

– 9 chevauchements de la ligne continue

– 1 non-présentation du permis de conduire