Restrictions imposées par la Suisse : 400 taxis français protestent à la frontière, des dizaines de kilomètres de bouchons

Lundi 12 avril, 400 taxis français se mobilisent à la frontière contre les restrictions imposées par la Suisse . DR
Lundi 12 avril, 400 taxis français se mobilisent à la frontière contre les restrictions imposées par la Suisse . DR

Lundi 12 avril, environ 400 taxis français se mobilisent à la frontière contre les restrictions imposées par la Suisse et qui nuisent à leur activité. D’importants bouchons se sont formés aux différentes douanes du territoire, à Bardonnex, Vallard ou encore Ferney-Voltaire.

Des taxis français avec le sous-préfet de Saint-Julien ce matin. DR

Des restrictions en contradiction avec le Grand Genève

Parmi les mesures restrictives d’accès à la Suisse, l’interdiction pour les taxis français de travailler plus de 90 jours par an sur le territoire helvétique. Elle n’est pas nouvelle mais n’était auparavant pas appliquée (ou alors avec une certaine tolérance) jusqu’à ces derniers mois. Thomas Fernez, secrétaire de la centrale des taxis de Saint-Julien, nous expliquait fin 2020 : « Grosso modo sur l’année dernière, 70 % de mes trajets étaient des trajets pour l’aéroport, la gare Cornavin ou le territoire suisse en général ». La restriction des 90 jours ampute donc une partie non négligeable du chiffre d’affaires des taxis français traversant la frontière.

Des amendes lourdes

Autre restriction plus récente, l’obligation pour les taxis et les VTC français de s’enregistrer sur une plateforme en ligne huit jours avant leur venue sur le territoire suisse. Cette mesure a été mise en application par les autorités suisses le 1er janvier 2020 et s’accompagne d’outils répressifs lourds. Ceux qui ne respectent pas cette loi s’exposent à des poursuites et une amende de 5000 francs suisses soit environ 4500 euros.

« La récréation est finie »

Le 11 décembre dernier, une réunion avec les autorités suisses et françaises s’était tenue et les représentants des taxis et des VTC avaient décidé d’annuler le mouvement de grève et de manifestation initialement prévu le lendemain sur les postes de douanes entourant l’aéroport de Genève. « On fait un pas en arrière pour les laisser faire un pas en avant. On a décidé d’annuler cette grève pour laisser une chance à la négociation », disait alors M. Fernez.

Aujourd’hui, le son de cloche est tout autre. « En décembre, on a été sympas mais là on ne se laisse plus faire et on attaque ! Maintenant, ça suffit, les Suisses ne veulent pas faire bouger les lignes pour sortir de cette situation. Ils se disent OK pour mettre en place un groupe de travail mais ils traînent la patte. On réclame l’abolition de ces restrictions. On reste mobilisés jusqu’à 19 heures aujourd’hui. À Bardonnex, il y a 11 kilomètres de bouchons. Il paraît que le tunnel du Mont-Sion est fermé. La récréation est finie, on demande à être entendus  », clame ce lundi matin Thomas Fernez.

Une réunion est prévue aujourd’hui à 14 heures en sous-préfecture de Saint-Julien, avec notamment le sous-préfet Jean-Luc Blondel, pour faire avancer ce dossier qui paralyse la frontière.