Le recensement des frontaliers, un petit geste aux grandes conséquences financières

La Compensation financière genevoise est vitale pour les communes frontalières.
La Compensation financière genevoise est vitale pour les communes frontalières. - Photo Florian Gatignon

C’est une caractéristique locale qui a des conséquences majeures pour nos communes frontalières. Instaurée en 1973, la Compensation financière genevoise (CFG) est une source de recettes majeure dans leur budget. Pour rappel, la CFG est un mécanisme destiné à combler leur manque à gagner lié aux services publics qu’elles mettent à disposition des frontaliers sans contrepartie et correspond à une rétrocession de 3,5 % de la masse salariale brute des administrés travaillant à Genève. Dès lors, le recensement des frontaliers revêt pour les villes frontalières un enjeu crucial et peut être à l’origine d’un trou dans la raquette non négligeable s’il s’avère trop parcellaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite