Des élus haut-savoyards veulent en finir avec la règle des 30 kilomètres pour se rendre en Suisse

La règle des 30 kilomètres ne concerne pas les frontaliers évidemment mais se révèle contraignante pour les habitants qui ont, d’ordinaire, leurs habitudes de l’autre côté de la frontière.
La règle des 30 kilomètres ne concerne pas les frontaliers évidemment mais se révèle contraignante pour les habitants qui ont, d’ordinaire, leurs habitudes de l’autre côté de la frontière.

Le Grand Genève n’échappe pas aux restrictions en ces temps de crise sanitaire. Parmi celles-ci, une stipule, depuis le 31 janvier dernier, que les habitants des bassins de vie frontaliers, en l’occurrence ici la Haute-Savoie et l’Ain, doivent présenter un test PCR négatif datant de moins de 72 heures pour se rendre en Suisse. Seuls en sont exemptés les transporteurs routiers, les travailleurs frontaliers et les résidents des bassins de vie frontaliers dans un rayon de 30 km autour de leur domicile.

« Inopportun que cette règle soit remplacée par une obligation de présenter un pass sanitaire »

Dans une lettre, finalisée vendredi 21 mai et adressée à Clément Beaune, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, des élus haut-savoyards, à l’initiative de Géraldine Pflieger, maire de Saint-Gingolph, et de Cyril Pellevat, sénateur, demandent la fin de cette règle, arguant : « Si cette règle faisait sens au plus fort de la pandémie, elle mérite désormais d’être reconsidérée. Les taux d’incidence baissent en France, ainsi que dans les États qui lui sont voisins. La France est déconfinée, et commence à rouvrir de nombreux commerces. La totalité des pays voisins à la France est dans le même processus. Pourtant, de nombreuses personnes habitant dans un département frontalier mais à plus de 30 kilomètres de la frontière, ne peuvent toujours pas se rendre sans justificatif dans des pays où elles avaient l’habitude de se rendre régulièrement avant la crise. De ce fait, nous souhaiterions voir cette limitation des déplacements abandonnée pour l’ensemble des départements ayant une frontière avec un État voisin. » Les élus haut-savoyards précisent « qu’il serait inopportun que cette règle soit remplacée par une obligation de présenter un pass sanitaire. (…) Une solution identique à celle qui avait été mise en place en juin 2020, à savoir l’exonération de justificatif pour les ressortissants d’un département frontalier, serait bien mieux adaptée. »

La missive se conclut par cette invitation : « Monsieur le Secrétaire d’État, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir vous rapprocher de vos homologues en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Belgique, en Espagne, en Andorre, au Luxembourg et à Monaco, afin de trouver un terrain d’entente à ce sujet. »