Adeline Rappaz casse les codes de la haute couture

Créatrice à l’univers décoiffant, elle incarne une nouvelle génération de designers ecofriendly.
Créatrice à l’univers décoiffant, elle incarne une nouvelle génération de designers ecofriendly.

Baptisée « Le temps des rêves », sa collection a obtenu le prix du public, conquis par l’exubérance de ses partis pris audacieux. Seule finaliste suisse du concours destiné aux jeunes professionnels du monde entier, la créatrice de 32 ans a intégré, après son master à la réputée HEAD de Genève, le studio de la maison Schiaparelli place Vendôme, à Paris. Sous sa frange et son allure encore adolescente, on devine une sensibilité décalée, une insatiable curiosité.

«  J’ai grandi à la Chaux-de-Fonds dans une famille hippie punk, nous confie-t-elle. Entre un père sculpteur, qui a toujours travaillé avec des matériaux de récupération et une mère peintre, très engagée dans les questions environnementales. Notre mode de vie alternatif était, à l’époque, celui de beaucoup d’artistes et d’artisans du Jura.  » Grâce à l’ouverture intellectuelle de son éducation, Adeline façonne au fil des années une vision très personnelle de son futur métier dans la mode.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite