Le chômage est plus élevé à Genève, comment expliquer ce phénomène?

Les données montrent que le taux de chômage a historiquement toujours été plus élevé à Genève qu'au niveau national. Cet écart s'est creusé principalement à partir de 1991.
Les données montrent que le taux de chômage a historiquement toujours été plus élevé à Genève qu'au niveau national. Cet écart s'est creusé principalement à partir de 1991. - Photo DRK

«  Le marché de l’emploi est très exposé, car nous sommes entourés par la France. C’est plus une fragilité qu’un atout, estime le député MCG (Mouvement citoyen genevois) François Baertschi. Les entreprises ne vont pas faire l’effort de chercher des locaux, puisqu’elles peuvent trouver du personnel bon marché à foison à l’extérieur.  »

Selon Giovanni Ferro-Luzzi, professeur à l’Université et à la Haute École de gestion de Genève, les raisons de cet écart sont variées : «  Il est réducteur de dire que l’appel à des frontaliers cause plus de chômage  ». Les études montrent qu’il n’y a pas de lien entre le nombre de frontaliers et de chômeurs. «  Genève attire énormément les travailleurs et pas uniquement de France. On y vient de toute la Suisse aussi et d’ailleurs en Europe.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite