Thonon Agglo : de nouvelles perturbations dans les transports publics

Lundi 14 mars, 16 circuits (principalement des lignes régulières) sur 82 ne seront pas assurés.
Lundi 14 mars, 16 circuits (principalement des lignes régulières) sur 82 ne seront pas assurés.

Une histoire qui n’en finit plus. Au grand dam des usagers. « Je travaille jusqu’à 18 heures et je ne peux pas récupérer mes enfants au

collège de Douvaine. Aucune solution est proposée laissant nos enfants seuls sans pouvoir rentrer chez eux. Une honte ! », déplore ce père de famille de Chens-sur-Léman.

Depuis le début de l’année, suite au changement de transporteurs, le fonctionnement des transports publics de Thonon Agglo, et notamment

des lignes scolaires, est pour le moins chaotique.

Et depuis le 7 mars, ce sont de nouveaux les lignes 151 (Thonon/Douvaine/Annemasse) et 152 (Thonon/Douvaine) qui sont affectées.

La mauvaise nouvelle est que ces difficultés vont s’aggraver lundi 14 mars. Ce jour-là, 16 circuits (principalement des lignes régulières) sur 82 ne seront pas assurés. Ainsi qu’un service sur la ligne 143 (Sciez Chavannex/Douvaine). « Lundi, nous aurons une information plus précise. Ça devrait aller mieux ensuite », tente-t-on de rassurer à l’Agglo.

Pourquoi de nouvelles perturbations ?

« Le groupement RATP Développement/Borini Développement rencontre de nouvelles difficultés pour stabiliser les effectifs de leurs personnels de conduite. Le métier de conducteur restant sous forte tension, de nouveaux recrutements n’ont pas pu être opérés dernièrement. Certains renforts venus d’autres régions de France doivent retourner sur leurs sites d’origine pour en permettre les rotations », explique Thonon Agglo dans un communiqué.

L’Agglo qui précise également que la SAT « n’a toujours pas transféré ses conducteurs » au nouveau groupement « maintenant une réelle fragilité de la situation ». Or le transfert des salariés de la SAT vers Borini fait justement partie du principal point d’achoppement dans ce dossier.

« Thonon Agglomération, délégant, n’a pas la capacité juridique de s’immiscer dans ces négociations au regard du contenu des contrats dont elle a hérité », conclut l’intercommunalité.