Au Japon, un violent séisme fait 1 mort et plus d’une centaine de blessés

Quasi à la même date à 11 ans d’écart et au même endroit, un nouveau séisme de magnitude 7,4 a secoué le Japon, mercredi 16 mars 2022.
Quasi à la même date à 11 ans d’écart et au même endroit, un nouveau séisme de magnitude 7,4 a secoué le Japon, mercredi 16 mars 2022.

Un nouveau séisme presque le même jour et presque au même endroit que Fukushima

Sur une zone sismique très active à la jonction de plusieurs plaques tectoniques sur la ceinture de feu du Pacifique, le Japon a connu, comme c’est très fréquent, mercredi 16 mars vers 23 h30 (15 h 30 heures de Paris) un nouveau séisme, d’une magnitude importante de 7,4 sur l’échelle de Richter (qui comporte neuf niveaux de puissance) qui a secoué le pays, et principalement l’île d’Honshu. L’épicentre du séisme se situe au large de la ville de Minamisoma, près de Fukushima et à une soixantaine de kilomètres de profondeur. Dans le même axe de la catastrophe de 2011.

Une alerte au tsunami lancée dans un premier temps a été retirée. Des vagues d’une trentaine de centimètres ont été enregistrées sur le secteur. La secousse a fait dérailler un train, fissuré des autoroutes et ébranlé de nombreux bâtiments, commerces et habitations. « La secousse, longuement et fortement ressentie, y compris à Tokyo, a privé d’électricité plus de deux millions de foyers, dont près de 700 000 dans la capitale japonaise, selon l’opérateur Tepco. Le courant a été totalement rétabli quelques heures plus tard », a indiqué Le Monde.

Les autorités japonaises qui avaient fait état dans un premier temps d’au moins quatre personnes décédées et plus d’une centaine de blessés, ont revu leurs chiffres à la baisse avec apparemment un seul décès et 160 blessés.

Une mémoire extrêmement douloureuse

Le souvenir du séisme (le 11 mars 2011) et du tsunami à Fukushima, 9,1 sur l’échelle de Richter, est encore très présent et très douloureux dans tout le Japon. Plus de 18 500 morts, des milliers de blessés, près de 200 000 délogés et des dégâts considérables, dont le gravissime accident nucléaire de la centrale de Fukushima.

« Un membre des secours de la ville d’Ishinomaki a déclaré à l’AFP avoir été réveillé par « une secousse extrêmement violente », « J’ai entendu le sol gronder. Plutôt que de ressentir de la peur, le souvenir du tremblement de terre (de 2011) m’est revenu », a-t-il ajouté », rapporte La Voix du Nord.