Six morts au carnaval de la Louvière : qui est Paolo F., le conducteur qui a été écroué ?

Paolo F. était au volant du véhicule qui a percuté la foule au carnaval de la Louvière. Il a été incarcéré provisoirement. PHOTO SAMI BELLOUMI LA VOIX DU NORD.
Paolo F. était au volant du véhicule qui a percuté la foule au carnaval de la Louvière. Il a été incarcéré provisoirement. PHOTO SAMI BELLOUMI LA VOIX DU NORD. - VDNPQR

> Que s’est-il passé à Strépy-Bracquegnies  ?

Dimanche matin, vers 5 heures, une voiture a foncé dans la foule d’un carnaval à Strépy-Bracquegnies, village dépendant de la ville de La Louvière en Belgique, faisant 6 morts et 39 blessés. Christian Henry, le procureur du Roi de Mons, a précisé à la télévision publique RTBF que le conducteur, Paolo F., et son passager, Antonino F. « rentraient d’un dancing et avaient déposé une autre personne juste avant les faits ».

Le parquet de Mons, qui tenait une conférence de presse ce mardi matin, a affirmé que les premiers éléments de l’enquête et l’analyse des images de vidéosurveillance montraient une vitesse excessive du véhicule, une BMW. Paolo F. a reconnu avoir roulé à une vitesse supérieure à la vitesse autorisée et dit avoir été surpris par le groupe de Gilles. Paolo F. a affirmé qu’il discutait avec son passager, qu’il a tourné la tête et que quand il a de nouveau regardé la route, il a aperçu la foule.

> Qui est Paolo F.  ?

Paolo F. est un trentenaire originaire de la ville de Maurage. En témoignent ses nombreux posts sur les réseaux sociaux, l’homme est un fan de voitures... et de vitesse. Il a partagé, à plusieurs reprises, des vidéos de lui au volant, atteignant parfois des vitesses excessives... et se filmant parfois même en direct au volant.

Paolo F. était déjà connu de la justice  : en 2017, il a été déchu du droit de conduire, rapporte la RTBF . Il avait récupéré son permis avoir après suivi, et réussi, des examens de réintégration (pratique, théorique, médical et psychologique). Le parquet indique qu’il ne peut toutefois pas être considéré comme en récidive puisque la rédicide dans le code de la route belge doit se produire dans les trois ans qui suivent l’infraction et doit être une infraction de même nature  : « Ce qu’on l’on peut dire et qui sera pris en compte par le juge au moment où il doit personnaliser la peine c’est qu’il a des antécédents spécifiques sans que cela ne constitue une récidive au sens légal du terme ».

> Paolo F. reconnaît-il les faits  ?

Selon le parquet de Mons, Paolo F. reconnaît « la matérialité des faits » et il a indiqué qu’il roulait à 90 km/h alors que la vitesse était limitée à 50 km/h sur le lieu de l’accident. Le parquet indique toutefois que les données techniques du véhicule doivent encore être analysées. Les premières images de vidéosurveillance montrent également que le chauffeur a freiné avant le choc. Paolo F. a expliqué avoir poursuivi sa route sur plusieurs centaines de mètres après le premier impact en raison de « l’état de choc dans lequel il se trouvait ».

> Paolo F. était-il sous l’influence d’alcool et de stupéfiants  ?

Selon les premières analyses, Paolo F. avait un taux d’alcool à 0,29 mg/litre d’air expiré, « un faible dépassement » alors que la limite, en Belgique, se situe à maximum 0,21 mg/litre d’air expiré. Toutefois, entre 0,22 mg et 0,35 mg il s’agit une « intoxication alcoolique légère » qui entraîne de légères sanctions, et pas un retrait de permis, précise encore la RTBF. Le parquet indique qu’un test salivaire destiné à déterminer s’il avait pris des stupéfiants, s’est révélé négatif. Toutefois, il faudra attendre plusieurs jours pour obtenir les analyses sanguines complètes et établir définitivement « s’il avait consommé des stupéfiants ».

> Que risque Paolo F.  ?

Au terme d’une longue garde à vue, Paolo F., le conducteur du véhicule, a été inculpé pour « homicide involontaire résultant d’un accident de la route et de coups et blessures involontaires résultant accident de la route ». Il a été placé sous mandat d’arrêt et écroué à la prison de Tournai. Des chefs d’accusation pour lesquels il risque risque respectivement 3 mois à 5 ans d’emprisonnement et 8 jours à 1 an d’emprisonnement. La qualification est provisoire, et fondée « sur les premiers éléments de l’enquête encore très parcelaires », mais « peut évoluer à tous les stades de la procédure ».

Antonino F., le passager, a lui été inculpé pour non assistance personne en danger et remis en liberté sous conditions, à savoir  : s’abstenir de tout contact avec Paolo F, avec les victimes ou leur proches et avec la presse. Il a déclaré qu’il dormait au moment des faits. D’après les images de vidéos, il lui a fallu « plusieurs minutes » avant qu’il ne réagisse après le drame.

De nombreux éléments doivent encore être analysés pour faire la lumière sur circonstances exactes du drame, notamment l’analyse technique du véhicule, la vérification des conditions visibilité, ou encore l’analyse du dispositif d’encadrement du carnaval.