Aux origines de Bontaz : un cheval avec un œil crevé et des pièces à 15 francs

Yves Bontaz, un self-made-man façon vallée de l’Arve.
Yves Bontaz, un self-made-man façon vallée de l’Arve.

Oubliez les célèbres débuts dans un garage de Bill Gates et de son compère Paul Allen. La genèse de Bontaz est autrement plus originale que celle de Microsoft. Le succès de l’équipementier automobile doit beaucoup à Kiki.

C’est qui, Kiki ? Un cheval avec un œil crevé vendu, ainsi qu’une vache, par le père d’Yves Bontaz pour financer sa première machine. Nous sommes en 1963.

«  Mon grand-père était un paysan pauvre et mon père bossait chez Ferdax, seule usine de décolletage de Marnaz, pose Christophe Bontaz. L’atelier était tellement petit que l’embarreur qu’il avait acheté ne rentrait même pas. Il l’avait installé dans le jardin. Comme c’était un jour de Mardi gras, un décolleteur qui passait a cru que c’était un char.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite