« Autour de nous, les moyennes fiscales des collectivités n’ont cessé d’augmenter »

Le rapport de la chambre régionale des comptes a épinglé la commune sur les exercices 2014 à 2020.  ©La Voix du Nord
Le rapport de la chambre régionale des comptes a épinglé la commune sur les exercices 2014 à 2020. ©La Voix du Nord

La CRC constate des taux de fiscalité très faibles, à Valserhône, au regard des communes de même strate, comment l’expliquez-vous ?

Au niveau fiscal, nous avons sans doute été mal conseillés ces dernières années. En 1995, le taux de la fiscalité, à Bellegarde, était plus élevé de la moyenne. Donc, il y a eu une volonté de ne pas augmenter et même, de baisser les taux. Problème : autour de nous, les moyennes fiscales des collectivités, n’ont cessé d’augmenter. Les courbes se sont croisées et nos réalités fiscales n’ont pas suivi le niveau national. C’est là où on peut exprimer un mea culpa collectif. (2  ; voir encadré)

Les subventions envers les associations vont-elles toutes être abaissées ?

Les subventions pourraient baisser, mais ce ne sera pas systématique. Cela dépendra si les associations sont sous-représentées sur les objectifs et les critères évoqués. Il faut aller plus loin dans le côté opérationnel de l’objectif. Dire que l’on se soucie de la jeunesse ; élément que l’on intégrait, régulièrement, au travers de nos conventions d’objectifs, ne suffit plus.

Dorénavant, nous allons décliner davantage nos attentes, notamment sur la question du savoir-être, qui est, aujourd’hui, une exigence importante dans le domaine de l’emploi.

La CRC pointe aussi la thésaurisation du monde associatif. A Valserhône, elle représente 750 000 €. S’il y a une telle importance de ces réserves de trésorerie, c’est parce que les associations ont besoin qu’on leur envoie un message de sécurisation. C’est l’idée de dire : en cas d’accident de parcours, la collectivité sera là pour vous.