Denrées périssables (3/4) : les associations caritatives en profitent

Jacques Petit, président de la Croix-Rouge locale.
Jacques Petit, président de la Croix-Rouge locale.

A Bellegarde, comme les Restos du Cœur et le Secours populaire, la délégation de la Croix-Rouge Française est une institution.

Outre son fameux vestiboutique, qui propose de vêtements de qualité à moindre frais, Jacques Petit et ses troupes gèrent également une épicerie solidaire, et se sont organisés pour offrir, une fois par semaine, des produits frais à leurs bénéficiaires.

« Le mardi matin, explique Jacques Petit, nous nous rendons avec notre camion à Carrefour Market et à Carrefour Valserine, où nous récupérons des denrées arrivant en limite de consommation, viande, fruits, yaourts, fromage. C’est Michel Moysan et Bernard Nicolet qui s’occupent de la collecte. L’après-midi, dans la foulée, Hafida Assabar, Christiane Bouchot et Michel Chavat s’occupent au local, sous la salle Viala, de la distribution. »

Au total, ce sont 20 à 25 familles qui bénéficient, chaque semaine, de cette pratique incitée, rappelons-le, par la loi Garot de 2016 (lire par ailleurs).