À Genève, les cyclistes sont autorisés à tourner à droite à 240 feux rouges

« On perd moins de temps inutilement au feu rouge», apprécie une cycliste à Genève.
« On perd moins de temps inutilement au feu rouge», apprécie une cycliste à Genève.

A Genève, le postulat de cette décision fédérale est le suivant : au feu rouge, un cycliste ne se sent pas toujours en sécurité alors qu’automobilistes et motards n’attendent que le signal au vert pour accélérer brutalement. Un coup de klaxon peut aussi le déstabiliser, un poids-lourd ou un bus constitue un risque important, notamment si le chauffeur tourne sans regarder autour de son véhicule, car il peut alors coincer le cycliste entre son engin et la bordure du trottoir. Cette nouvelle mesure prise par la Confédération n’empêche pas, comme le canton le rappelle, que les cyclistes doivent faire preuve de prudence : ils doivent notamment poser le pied à terre pour laisser passer les piétons et redoubler de prudence en présence de personnes particulièrement vulnérables, comme des enfants, des personnes âgées ou malvoyantes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite