Saint-Jean-de-Gonville : il découvre sa femme et son fils morts dans la cuisine

Saint-Jean-de-Gonville : il découvre sa femme et son fils morts dans la cuisine

C’est une bien triste affaire qui a endeuillé lundi 4 avril la tranquille commune de Saint-Jean-de Gonville, dans le Pays de Gex. Tôt le matin ce jour-là, selon nos confrères du Progrès – propos confirmés par le procureur de la République Christophe Rode – le père de famille, octogénaire, découvrait sur le sol de la cuisine les corps de son épouse et de son fils, gisant dans leur sang. Il donnait aussitôt l’alerte.

« Tous deux étaient décédés, indiscutablement victimes de coups de couteau  », précise le procureur. La mère, âgée de 76 ans, présentait de nombreuses plaies ; le fils, 48 ans, avait un couteau enfoncé dans la poitrine. « Après le travail réalisé sur place par l’institut médico-légal, nous attendons les résultats détaillés de l’autopsie pour nous faire une idée plus précise du déroulement des faits  », poursuit Christophe Rode.

Le procureur n’écarte aucune hypothèse : « Il y a pu y avoir une bagarre entre la mère et le fils ; ce peut être également un meurtre suivi d’un suicide ; l’hypothèse d’une troisième personne semble peu probable. On peut raisonnablement imaginer que le fils a tué la mère avant de se donner la mort. Mais nous n’avons aucune certitude pour l’instant. Je n’ai pas encore reçu l’audition du père. » Les enquêteurs travaillent actuellement à savoir ce qu’il s’est passé durant les jours précédents et la veille. Une dispute ? un climat tendu ?

« Le fils, précise le procureur, vivait avec ses parents dans la maison familiale. C’était quelqu’un de fragile, un peu dépressif, mais qui n’a jamais été signalé à nos services pour des crises aiguës, un comportement agressif, paranoïaque, schizophrène ou autre.  »

Aux enquêteurs maintenant de déterminer ce qui a dérapé dans ce foyer apparemment paisible. Les investigations ont été confiées à la Brigade de recherches dépendant de la compagnie de Gex, placée sous l’autorité du lieutenant-colonel Cardin. C’est elle qui gère en règle générale les affaires criminelles se déroulant sur le territoire de la compagnie.