Valserhône : des monologues sur le féminicide, au théâtre Jeanne-d’Arc

15 femmes posent un regard ironique sur leur vie.
15 femmes posent un regard ironique sur leur vie.

Aussi incroyable que ça puisse paraître, ce mot n’est pas encore reconnu par les logiciels de correction orthographique. Alors, soyons clairs elles se sont fait trucider, éliminer, zigouiller par leur mari, compagnon, «  l’homme de leur vie  », leur mec quoi.

Voilà donc une pièce qui nous emmène au paradis des «féminicidées». Certes, le sujet n’est pas léger. C’est du lourd mais ça n’est pas plombant, loin de là. On rit même parfois. On est ému aussi, souvent. «  Ce qui ressort, c’est la vie qu’elles ont eue  » explique Hélène Servignat, une des comédiennes. Riches ou pauvres, cultivées ou analphabètes, rebelles ou soumises, quelle que soit leur origine, quel que soit leur âge et sur les cinq continents ; ces femmes partagent ce point commun du point final de leur vie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Je profite de l'offre de Noël pour suivre l'actu en continu
J'en profite