Annecy : Jacques Dallest, un magistrat obstiné devenu spécialiste des cold cases

Avant Grenoble, Jacques Dallest était procureur général près la cour d’appel de Chambéry (Photo d’archives).
Avant Grenoble, Jacques Dallest était procureur général près la cour d’appel de Chambéry (Photo d’archives).

Au départ, il y a des frustrations. De l’époque où Jacques Dallest était juge d’instruction, lorsque, magistrat obstiné, il a dû se résoudre, parfois, à mettre fin à une enquête, sans avoir réussi à faire émerger la vérité, et le nom d’un coupable. «  C’est arrivé notamment lorsque j’étais juge d’instruction à Lyon, j’ai eu à clôturer des dossiers non élucidés, ça m’est resté un peu sur le cœur  », se souvient l’intéressé. De ces regrets sont finalement sortis une force, une expertise. Jusqu’à faire de Jacques Dallest l’un des meilleurs spécialistes français de ces « cold cases », ces affaires non élucidées.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite