Thonon : des habitants excédés par le stationnement sauvage

Michel et Chantal Chaminadas habitent avenue des Allinges, à Thonon, depuis cinq ans.
Michel et Chantal Chaminadas habitent avenue des Allinges, à Thonon, depuis cinq ans.

Michel et Chantal Chaminadas habitent depuis 2017 au Clos des Capucins, situé avenue des Allinges, à Thonon-les-Bains. « On en est presque à choisir quand sortir en voiture, pour éviter les heures d’école », déplore Chantal Chaminadas. Le couple a écrit trois courriers à la mairie, restés sans réponses. « Seul le syndicat de copropriété a eu un retour, indiquant que la police municipale ferait des passages pour sanctionner les automobilistes indélicats. On ne les a jamais vus », poursuit Michel Chaminadas.

Les voitures stationnent sur les plates-bandes, ornées par les services de la ville.
Les voitures stationnent sur les plates-bandes, ornées par les services de la ville.

Les deux points noirs, pour eux, sont le stationnement sur les plates-bandes, « ornées de jonquilles plantées par la mairie, qui sont systématiquement écrasées », mais surtout la sécurité : « Quand on veut partir, on n’a aucune visibilité. On préfère faire le tour que d’essayer de tourner à gauche, en direction du centre-ville. On ne voit rien. »

Les résidents ne peuvent pas sortir, et n'ont pas de visibilité pour tourner à gauche.
Les résidents ne peuvent pas sortir, et n'ont pas de visibilité pour tourner à gauche.

Le couple précise que dans les petites rues adjacentes, le stationnement est très aléatoire : « Un nouveau bâtiment est prévu en face de l’école, ça va encore aggraver la situation. »

Même s’ils semblent résignés, les Thononais aimeraient avoir une réponse de la Mairie, ainsi que des solutions durables. « Pendant la foire de Crête, des panneaux temporaires sont posés, empêchant tout stationnement sur le parterre. Pourquoi ne pas imaginer un système similaire, mais pérenne ? », s’interroge Michel Chaminadas.