Élection présidentielle : les réactions dans le Faucigny

Xavier Roseren est le député LREM de la 6e circonscription du département de la Haute-Savoie.
Xavier Roseren est le député LREM de la 6e circonscription du département de la Haute-Savoie.

Le maire de Saint-Gervais-les-Bains, Jean-Marc Peillex

« La Haute-Savoie et le Pays du Mont-Blanc, en particulier, marquent très nettement leur préférence. Ce résultat est conforme à ce que je ressentais avant le scrutin, et contraire à ce que les médias, qui voulaient mettre le feu au poudre, ont pu dire. Emmanuel Macron enregistre un très bon score, par rapport aux élections de 2017. Ce qui est assez particulier dans cette élection, c’est le score très important de Jean-Luc Mélenchon, qui réunit ceux qui voulaient protester, dans le cadre de ce second tour. On note toutefois que la progression de Marine Le Pen, n’est pas très importante. Maintenant, il faut se mobiliser pour le deuxième tour. »

Rolande Blin, qui a fait parti du groupe d’appui du parti La France Insoumise à Cluses

«   Le score de La France Insoumise est assez inédit, en Haute-Savoie, tout comme en vallée de l’Arve. Si l’on regarde la progression du nombre d’électeurs, ce score est d’autant plus important. On est évidemment déçus, mais en même temps contents d’avoir pu rassembler un grand nombre de personnes dans ce combat, pour continuer à lutter et à se battre à l’avenir. Cela montre qu’au travers de toutes les mobilisations qu’il y a eues durant le quinquennat d’Emmanuel Macron, la population a pris conscience de l’importance des institutions, et de la casse opérée par le président : que ce soit en termes de droit du travail ou pour ce qui est de l’hôpital et de nos retraites. C’est en cela, que le résultat du premier tour, est inquiétant . »

Xavier Roseren, député La République en Marche de la 6e circonscription pour le département Haute-Savoie

« J’ai vu qu’Emmanuel Macron avait enregistré un score supérieur à 2017, que ce soit en France ou ici, en Haute-Savoie, où il passe de 24 à 30 %. Je souhaite donc remercier les électeurs. Ce résultat montre également que, malgré les crises covid et des gilets jaunes, le bilan de Macron est bon, et que son projet pour la France est réaliste. Mais on note la progression des extrêmes, même si le Rassemblement National ne progresse que de deux points en Haute-Savoie, de 18 à 20 %. Durant les quinze prochains jours, il faudra mobiliser sur le projet mené par Emmanuel Macron, convaincre et notamment les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, qu’il va falloir réussir à convaincre. La France ne pourra pas avancer avec les extrêmes : il n’y aura aucune majorité au Parlement, et l’immobilisme qui va s’installer risque de paralyser la France et son économie. Alors que grâce à la politique menée par Macron et malgré les crises, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 15 ans. Enfin, ce que je note des résultats de ce premier tour pour notre territoire, c’est l’écroulement des Républicains par rapport à 2017, et qui se retrouvent à 5,2 %. Je sais qu’au niveau national, Valérie Pécresse a appelé à voter pour Emmanuel Macron, et, au niveau local, on a, depuis hier soir, des appels étonnants à voter Macron au second tour, comme c’est le cas du président du département Martial Saddier. On aurait aimé que ces soutiens arrivent plus tôt, pour moi, cela manque de courage. Pourquoi cela n’a pas été fait il y a quelques semaines ? C’est facile de se réveiller après le résultat… »

Le sénateur centriste de la Haute-Savoie et ancien maire de Marnaz, Loïc Hervé

« Nous devons vraiment mesurer la gravité de la situation politique dans laquelle nous nous trouvons. (…) Je ne veux pas du Rassemblement National à la tête de notre pays. Dans ces conditions, je voterai pour Emmanuel Macron le dimanche 24 avril 2022. J’invite mes amis et soutiens à en faire autant. », a-t-il déclaré via une publication postée sur Facebook, le dimanche 10 avril au soir.

Georges Morand, maire de Sallanches

« La première chose à dire sur ces résultats, c’est que l’opposition qui devient compliquée pour la droite. 75 % des Sallanchards venus aux urnes, donc on a un taux d’abstention qui est plutôt normal pour une démocratie. Les extrêmes n’ont jamais rien amené à un pays, mais je peux comprendre la rogne des Français, de ceux qui ont une retraite à 1 000 euros notamment. Les énarques nous écoutent rarement. J’ai donné ma voix à Mélenchon pour qu’il se présente, et j’en suis fier car c’est cela, la démocratie. Moi ce que je trouve dommage, dans cette campagne, c’est que l’on ne parle pas assez de santé. Beaucoup d’argent a été investi pour le Covid, mais peu pour des causes, comme la lutte contre le cancer. En tant que représentant d’une collectivité, je considère également que l’on assume un service à la population et on nous a, au fil du temps, oubliés et malmené, car on nous enlève des dotations et on trouve cela normal. Les personnes qui veulent s’exprimer fortement devraient plutôt faire grève dans les mairies car c’est nous qui assumons la vie de tous les jours. De plus, je constate un déficit d’humanité dans notre société actuelle, on ne peut pas regarder la guerre se dérouler en Ukraine, sans agir. »

Raphael Castéra, maire de Passy

« Passy était un des bureaux témoins par rapport à la Préfecture, car le bureau 1, celui de Passy Ouest, est proche de la tendance nationale. La participation est meilleure de ce qui était escompté par les sondages, donc cela montre qu’il faut manier les sondages avec précaution. À Passy, on enregistre une belle mobilisation, avec 73,4 % des électeurs. On sent qu’il y a un vote de contestation, dans le pays tout comme à Passy, puisqu’ici, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, font strictement le même score. On voit que les gens ont besoin d’être rassurés, par rapport au contexte sanitaire, que l’on vit depuis deux ans, et par rapport aux conséquences socio-économiques de la guerre en Ukraine, qui a un impact sur les approvisionnements notamment. Les électeurs ont adressé un message, au président sortant : il faut qu’il prenne davantage en considération les attentes sociales. À Passy, le vote Emmanuel Macron n’a pas eu lieu que dans les quartiers favorisés, car Marine Le Pen enregistre de bons scores sur le Coteau. Mélenchon est, quant à lui, en tête sur le bureau de vote du Plateau d’Assy. Il faut que le président Macron entende ce que le peuple a à lui dire. Le paradoxe de ces résultats, je trouve, que c’est le rapport entre l’ampleur du vote contestataire RN et LFI, par rapport à la position de l’Europe, au moment où elle montre sa force pour aider les pays membres et ceux qui sont agressés. Il y a un écart également entre le discours populiste de Marine Le Pen et la solidarité actuellement à l’œuvre envers le peuple ukrainien. Les électeurs se sont concentrés sur les préoccupations nationales, ce qui est normal en temps d’élection. »