Frédéric Burnier Framboret : «Il y a une vraie attente des citoyens sur le pouvoir d’achat»

Frédéric Burnier Framboret : «Il y a une vraie attente des citoyens sur le pouvoir d’achat»

Le premier magistrat n’est pas surpris par un résultat « attendu » (Marine Le Pen, avec 24,34 % des voix devance de douze voix Emmanuel Macron, 24,19 %). « Par contre, au niveau local, je constate que la mobilisation des électorats d’extrême droite et de la gauche radicale a été importante. Cela montre qu’il y a une vraie attente des citoyens en matière de pouvoir d’achat, thème prioritaire de cette campagne pour ces deux partis. Il faut l’entendre et en tenir compte dans nos politiques futures. Je note en revanche qu’Eric Zemmour n’a fait que 6 % sur Albertville, signe que les questions de communautarisme ne sont pas si prégnantes que cela ».

Un appel au vote pour le second tour  ? « Qui suis-je pour le faire  ! A titre personnel, je peux juste dire que je verrai d’un mauvais œil l’arrivée du Rassemblement National au pouvoir ».

Frédéric Burnier Framboret pourrait-il se présenter aux législatives sous l’étiquette La République En Marche  ? « Non, je n’ai aucune envie de lâcher mes fonctions de maire. Je ne sais pas encore qui va se présenter, mais j’appelle de mes vœux à ce que Vincent Rolland se représente et je le soutiendrai alors à 400 %. Au-delà du parti politique, c’est un homme de dossier, de valeur et de terrain  ! ».