Samoëns : les pêcheurs naviguent entre alevinages et préservation du milieu aquatique

Si les pêcheurs s'adonnent à leur sport favori, ils ne manquent pas de se soucier de la qualité du milieu aquatique et de sa pérennisation.
Si les pêcheurs s'adonnent à leur sport favori, ils ne manquent pas de se soucier de la qualité du milieu aquatique et de sa pérennisation.

La Société de pêche du Haut-Giffre (SPHG), que préside Jean-Pol Gosset, ne se contente pas de taquiner la truite au fil du courant. La Société entreprend bien des initiatives pour veiller à la préservation du milieu aquatique et pour pérenniser les populations de salmonidés, dans les cours d’eau de la vallée. En 2022, les opérations de rempoissonnement permettront de mettre à l’eau 90 000 alevins (contre 66 000 l’an passé). C’est sans compter les centaines de kilos de truites adultes déversées tout au long de la saison dans les deux lacs aux Dames, au lac Bleu de Morillon, ainsi que dans les lacs des Gouilles Rouges et de Gers (environ 1 tonne cumulée).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite