Eaux d’Evian : «Les accords d’entreprise ne sont pas remis en cause»

Contrairement à certains de leurs collègues du Carré Lumière, les employés de l’usine d’embouteillage conserveront leur ‘‘contrat Cachat’’.
Contrairement à certains de leurs collègues du Carré Lumière, les employés de l’usine d’embouteillage conserveront leur ‘‘contrat Cachat’’.

Interrogée sur les enjeux du projet Néo, la Société des eaux minérales d’Evian (SAEME) nous a répondu par l’intermédiaire de son service communication.

Quel est le contenu de ce projet ? Quels sont ses objectifs ?

Depuis janvier 2022, nous mettons progressivement en œuvre une stratégie qui accorde plus d’autonomie aux équipes locales pour mieux saisir les opportunités de croissance qui s’offrent à nous. Dans ce cadre, nous avons présenté à nos partenaires sociaux, le 5 avril dernier, en comité de groupe France*, un projet consistant à créer une nouvelle entité de Danone France dédiée aux activités Eau, Lait infantile, Produits laitiers et d’origine végétale et Nutrition médicale des fonctions sièges et commerciales, afin de gagner en efficacité et en simplicité.

Pour ce faire, nous allons travailler les prochains mois avec nos représentants du personnel, avec qui nous voulons co-construire ce projet, pour définir ensemble ses contours et modalités de mise en œuvre prévue pour 2024.

Quelles seraient les conséquences pour la SAEME ?

Ce projet concernerait certaines équipes support : comptabilité/finance, master data (gestion des données produits, des clients et des fournisseurs) et paie. Les autres fonctions au sein d’Evian, qu’elles soient basées à l’usine d’Amphion ou au Carré Lumière, ne sont pas concernées.

Ce projet pourrait faire perdre de nombreux avantages sociaux aux salariés. Que répond Danone face à cette crainte ?

La priorité de l'entreprise est de bâtir et mener ce projet avec une approche responsable durable, basé sur le volontariat uniquement, tout en respectant l’état d’esprit des accords d'entreprise de la SAEME. Les accords d’entreprise de la SAEME ne sont donc pas remis en cause (32 heures, primes, 13e mois…).

*Instance nationale rassemblant les représentants du personnel et la direction générale Danone.