Annecy : Pascal Sciabbarrasi, candidat aux législatives, veut s’attaquer au problème de logements

Pascal Sciabbarrasi, responsable du groupe EELV Annecy, est entré officiellement dans la course aux élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin prochains.
Pascal Sciabbarrasi, responsable du groupe EELV Annecy, est entré officiellement dans la course aux élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin prochains.

Si les Verts et les Insoumis sont parvenus à un accord à l’échelle nationale, des réglages sont encore à faire localement. À Annecy, Pascal Sciabbarrasi a officiellement présenté, vendredi 29 avril, sa candidature pour espérer briguer son premier mandat de député de la 2e circonscription de la Haute-Savoie. Une annonce faite sans suppléante, dont le nom doit tomber « d’ici quelques jours », d’après le candidat.

L’environnement, la santé et la justice sociale sont les piliers de la campagne de cet ancien enseignant. « On est les derniers de l’Europe en matière d’écologie », déplore le candidat, qui explique que le climat a été largement relayé au second plan lors de la course à la présidentielle et du précédent mandat d’Emmanuel Macron. « Il ne faut pas oublier qu’il est le président de l’inaction climatique », souligne-t-il.

Délocaliser pour désaturer Annecy

Pascal Sciabbarrasi suggère de mettre en place un 13e mois pour la rénovation énergétique et d’éviter les constructions neuves. Comme levier aux problèmes d’accès au logement, il propose de « jouer sur la délocalisation afin de développer l’attractivité des autres territoires ». Le candidat souhaite également loger en priorité les Annéciens qui travaillent sur place, et dans un même élan, freiner le tourisme de masse. « On est trop nombreux à Annecy. Ça crispe les habitants, on perd la ville qu’on aime, de notre enfance », assure-t-il. Autre proposition  : l’encadrement des loyers.

Le candidat en a profité aussi pour réaffirmer son opposition aux retenues collinaires, qui sont « des prétextes pour les canons à neige », ainsi que la « disneylandisation » de la montagne. À la place du tout-ski, qui « n’est plus l’avenir », il mise plutôt pour le tourisme 4 saisons.

Soutenir la santé et l’éducation

Son autre priorité concerne la protection de l’hôpital public, « qui a été bafoué ces cinq dernières années », estime-t-il. Pour cet ancien professeur d’italien, déçu par le manque de moyens mis en place au sein des classes, l’éducation est un autre sujet majeur au sein de sa campagne. « Nous devons soutenir notre école, car les jeunes sont les citoyens de demain », argue-t-il.

Enfin, il souhaite mener un combat de front auprès des électeurs résignés et ceux qui ne croient plus en la politique de la majorité présidentielle. « Il faut que les politiques soient en cohérence avec les volontés des habitants, soutient-il. Pascal Sciabbarrasi est convaincu que ce sont justement des « politiques écologistes et humanistes » qui permettront de lutter contre « la poussée de l’extrême droite » et de mettre en place un « grand renouveau démocratique ».

Portrait

Originaire de l’Hérault, Pascal Sciabbarrasi a 39 ans, est marié, et est papa d’un petit garçon de 4 ans et actuellement en reconversion. En novembre 2021, il démissionne de son poste de professeur d’italien, après 15 ans d’enseignement, pour se tourner vers la politique. « J’ai été déçu car il n’y a pas assez de moyens investis dans l’Éducation Nationale, explique le candidat. Mais j’ai souhaité rester dans la transmission, c’est mon ADN ».

Depuis 2 ans, Pascal Sciabbarrasi est engagé auprès du parti Europe Écologie Les Verts (EELV). Il prend part à la campagne de Fabienne Grébert, candidate aux élections régionales Auvergne-Rhône-Alpes en juin 2021 et arrive au second tour des élections départementales avec son binôme, Karine Lamy, pour le mouvement citoyen « Réinventons la Haute-Savoie ».