Evian : le directeur de l’office de tourisme attend la métamorphose des bâtiments historiques

La première phase de travaux de la buvette Cachat devrait être terminée fin août.
La première phase de travaux de la buvette Cachat devrait être terminée fin août. - Ville d’Evian

Vincent Delaitre a récemment pris la tête de l’office de tourisme d’Evian. Il croit à un renouveau de la ville et à un tourisme respectueux de l’environnement.

Selon vous, la ville d’Evian se renouvelle, notamment à travers la réhabilitation de la buvette Cachat. En quoi ce projet est-il porteur ?

C’est ‘‘le ’ chantier d’Evian. Je suis allé sur le chantier et c’est fait avec soin, en jouant avec le souci du détail et de l’innovation. Vous allez avoir, dans un an et demi, un site qui va être grandiose et qui va être vraiment le cœur du village. Ce ne sera pas juste la restauration d’un bâtiment emblématique, c’est un lieu de vie sociale. Je pense qu’il n’y aura pas d’équivalent en France, donc ça va être intéressant.

Danone est aussi parti sur la restauration du Casino et d’après ce que j’ai vu, il va retrouver tout son luxe d’antan.

Dans un an, un an et demi, ces deux établissements emblématiques qui ont fait toute la notoriété d’Evian seront métamorphosés.

Le développement durable et la transition écologique doivent aussi être pris en compte dans la façon de penser le tourisme ?

J’ai découvert l’engagement de la ville d’Evian dans les objectifs de développement durable de l’ONU en arrivant et ça m’a motivé à venir. Généralement, les démarches de développement durable sont pilotées par des grands territoires, par des métropoles, rarement par des territoires de petite taille. Et je trouve que la démarche d’Evian est extrêmement pionnière parce que c’est une démarche systémique.

C’est l’ensemble des services et toutes les actions qui sont passés au filtre du développement durable et donc le tourisme en fait partie. La question, c’est comment la modernisation de la ville se fait en phase avec les nouveaux enjeux et dans ce cadre, la mobilité est un sujet sur lequel on va beaucoup travailler.

Comment voulez-vous travailler sur les transports ?

Il y a des choses qui existent et qui sont bien, mais il faut aller plus loin. On va inciter un maximum de gens à se déplacer autour du lac sans voiture, soit en bateau, soit avec le train. La ville devra être traversée par l’itinéraire cyclable de la ViaRhôna, qui est censée partir de Saint-Gingolph pour aller jusqu’à la Côte d'Azur. On n’est pas très loin du GR5 aussi. Il y aura donc des connexions à faire.

A l’intérieur de la ville aussi : l’idée ce serait aussi de permettre aux touristes de ne pas trop circuler en voiture. A pied, la connexion entre la ville basse et haute est plutôt bien faite. On va la développer, on va faire des sentiers : un sentier de découverte pour monter jusqu’à la gare du funiculaire. On va aussi faire un sentier latéral pour découvrir tout les hauts d’Evian, avec des magnifiques maisons, des points de vue sur le lac et les montagnes.

L’enjeu, ce n’est pas de se recroqueviller sur soi, mais en tout cas d’être le plus performant possible sur les émissions de CO².